UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Lundi 20 Novembre 2017, Yom Chéni


636. Accorder les violons de la prière
Posté par MICAEL le 21/01/2008 à 11:05:07
Certains tunisiens ne font pas Ta’hanoune le jeudi de la Parachate Itro.
Peut-on s’associer à eux pour ne pas faire Ta’hanoune ?
Merci

Réponse donnée par Rav Meir Cahn le 22/01/2008 à 23:11:56
Lorsqu'un fidèle se trouve dans une synagogue au moment où l'assemblée fait la "Néfilate Apaïm" (Dissimulation du visage qui est une coutume des fidèles de rite Achkénaz au moment du récit du Ta'hanoune), il sera tenu également de faire la "Néfilate Apaïm". Il n’aura toutefois pas l’obligation de se joindre à eux pour réciter le Ta'hanoune.

Ceci est valable même lorsqu'il ne fait pas sa prière avec la communauté, ou lorsqu'il fait sa prière avec l’assemblé mais qu'il est en retard et n'en est pas encore arrivé au passage du Ta'hanoune (1).
Voir à ce propos la question 289 "Un Séfarad priant dans un Minyane Achkénaz" .

Il est ramené au nom du Rav Chélomo Zalmane Auerbach Zal (2), qu'une personne se trouvant dans une Bèt Haknéssèt où la coutume est de ne pas réciter le Ta'hanoune à la prière de Min'ha, sera tenu de suivre la coutume de l’endroit et d'omettre également le Ta'hanoune.
Ceci a condition que cette omission soit l’objet d’une coutume établie, telle que dans certaines communautés de ‘Hassidim et non pas d’une omission occasionnelle ou accidentelle (3).

De même a l’office du matin, si un fidèle venait à faire sa prière dans une communauté dont la coutume serait d’omettre les Tahanounim à certaines occasions, telles que les communautés ‘Hassidique qui ne récitent pas les Tahanounim le jour du Yortsaïte de leur Maître, il pourra également l’omettre et ne sera pas tenu de compléter sa prière ultérieurement en ajoutant les Tahanounim. Car, puisque tel est le Minhag de cette communauté, et qu’avec elle il a dépassé le moment fixé pour sa lecture - qui suit immédiatement la prière de la ‘Amida, il n’y plus lieu de les redire en solitaire (4).

Par contre, il est ramené au nom du Rav 'Haïm Kaniévski Chalita (5) que lorsqu'un fidèle se trouve dans une Bèt Haknéssèt dont la coutume est de ne pas réciter le Ta'hanoune les jours de Yartsaïte (anniversaire de deuil) d'un grand Rav, alors que lui-même ne suit pas la dite coutume, il sera tenu de compléter ensuite sa Téfila et de réciter le Ta'hanoune.

Il en ressort également, qu'on exigera pas de ce fidèle d'éviter de fréquenter cette Bèt Haknéssèt les jours où leur Minhag leur fait omettre le récit du Ta'hanoune.

Kol Touv


1) Voir le Cha'aré Téchouva chap. 131 alinéa 2; voir aussi le choute Lévouché Mordékhai tome 3 chap. 226
2) Iché Israel chap; 25 alinéa 46
3) Halikhote Chélomo Téfila chap.13 par.5
4) Dvar Halakha ad loc. alinéa 7
5) Iché Israel chap; 25 alinéa 46
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation