UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Lundi 20 Novembre 2017, Yom Chéni


856. Le Talite et la Kabala
Posté par arale le 24/12/2008 à 17:16:51
Kavod Harabanim,

J’ai des Talitote katan qui comportent deux trous de fixation à chaque coin. On m’apprend que c’est une pratique d’après la Kabbala.

Est-il possible de connaître le sens (pour un non kabbaliste) de cette pratique ?
Par ailleurs, pourquoi saisit-t-on deux Tsitsiote du Talite Gadol lors du Baroukh Chéamar ?

Merci d’avance et Kol Touv

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 19/05/2009 à 18:26:34
Il est exact qu’il existe parmi les décisionnaires un avis selon lequel il faudrait faire deux trous a chaque coin d’un vêtement qui en comporte quatre, afin de faire ressortir les fils des Tsitiote (pluriel de Tsitsite) du même coté du vêtement. Cet avis ne trouve nullement son origine dans la Kabbala mais s’appuie simplement sur l’interprétation de la Mitsva des Tsitsiotes telle que nous l’ordonne la Tora.

Ainsi, le Bèt Yossèf (1) rapporte, que la Tora nous demande de mettre les Tsitiote: « aux 4 coins du vêtement dont tu te couvre » (2). Le Sifri (Midrach Hala’hique) enseigne sur ce verset : « aux 4 coins et non aux huit coins ».
Or, lorsque les fils du Tsitiote passent dans un seul trou et ressortent de l’autre coté, ils sont visibles des deux cotés du Talite. On aura donc l’impression qu’il y a huit Tsitiote !
C’est pourquoi le Baal Ha-itour a institué de faire des doubles trous : deux trou rapproché, a chaque coin.

Bien qu’il rapporte cet avis, le Bèt Yossèf (3) conclue malgré tout, que celui qui fait deux trous, n’agit non pas avec rigueur, mais au contraire, fait preuve d’orgueil, du fait qu’il montre qu’il veut faire mieux que les autres.
Le Choul’hane ‘Aroukh (4) tranche la Halakha, et stipule : « il fera un trou …».

Notons toutefois que le Michna Béroura stipule (5) que sur le Talite Katane il faudra faire deux trous : cela ne sera pas considéré comme de l’orgueil. Il conclu, que tel est le Minhag en Pologne mais pas en Allemagne. De même, en Russie et en Lituanie on portait des Talite Katane à un seul trou.

Le Birké Yossèf (6) rapporte que Rav ‘Haïm Vital (le disciple du Ari Hakadoch Zal) ne faisait qu’un trou. Le Bèn Ich ‘Haï (7) explique que Rav ‘Haïm Vital avait compris de son maître qu’il n’y avait pas d’obligation à faire deux trous (le Ari Hakadoch avait lui, gardé le Minhag de son enfance qui était, de faire deux trous sur le Talite Katane).

L’habitude de nos jour dans les communautés Séfarad, même pour ceux qui suivent le Minhag du Ari Hakadoch Zal est de ne faire, qu’un seul trou même sur le Talite Katane (8).

Abordons à présent le « Minhag » (l’habitude) de tenir les deux Tsitsiote de devant au moment de la récitation de « Baroukh Chéamar ».
Il faut savoir que ce comportement s’appuie sur les enseignements du Ari Hakadoch Zal (9).
Les raisons invoquées font appel à des notions Kabbalistiques qu’il n’est pas possible d’aborder ici car elle s’avère inaccessible à celui qui n’est pas aguerrit dans ce domaine.

Sachons simplement que la Mitsva des Tsitsiote de devant, produit un « rayonnement » (Or Makif) qui entoure la personne qui les portent depuis le moment ou il commence la récitation de Baroukh Chéamar jusqu’aux bénédictions du « Kériyate Chéma’ » (10).

Le Choute Zichrone Yéhouda (11) explique de son coté, que les dix louanges de Baroukh Chéamar font référence aux dix paroles par lesquelles fut créé le monde (12), ainsi qu’aux Dix Commandements auxquels font allusion les dix nœuds qui constituent les deux Tsitsiote de devant que l’on tient dans la main à ce moment.

Le Ya’abèts dans son Sidour (livre de prière) précise qu’il faudra se couvrir la tête avec le Talite Gadol pour la récitation du Baroukh Chéamar.


L’habitude de nos jour dans les communautés Séfarad, même pour ceux qui suivent le Minhag du Ari Hakadoch Zal est de ne faire, qu’un seul trou même sur le Talite Katane (Bèn Ich ‘Haï ad loc Kaf Ha’haïm chap. 11 par. 24 Halakha Béroura tome 1 chap. 11 note 34)

En Russie et en Lituanie et en Allemagne on portait des Talite Katane à un seul trou. Par contre, en Pologne, le Minhag était de faire deux trous (13).


Kol Touv


1) Ora’h ‘Haïm chap. 11 fin du par. 16 au nom du Baal Ha-itour qui avait d’ailleurs rendu impropre à l’usage tout les Talitote à un trou
2) Dévarim 22 /12
3) Rabbi Yossef Karo, auteur du Choul’hane ‘Aroukh
4) Ora’h ‘Haïm chap. 11, par. 9
5) Alinéa 39 au nom du Ba’h et du Kavanote Haari
6) Rapporté par le Michna Béroura ad loc
7) Parachate Noa’h par.16
8) Bèn Ich ‘Haï ad loc Kaf Ha’haïm chap. 11 par. 24 Halakha Béroura tome 1 chap. 11 note 34
9) Chaar Hakavanote rapporté par le Maguèn Avraham Or’hote ‘Haïm chap. 51 alinéa 1 ; Bèn Ich ‘Haï Parachate Vayékhi note 7 et Kaf Ha’haïm chap. 51 note 1
10) Voir également une autre raison selon la Kabbala dans le Kaf Ha’haïm chap. 48 note 1
11) Or’hote ‘Haïm chap. 9
12) Voir Pirké Avote chap. 5 Michna 1
13) Piské Téchouvote tome 1 chap.11 par. 21
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation