UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mardi 25 Juillet 2017, Yom Chelichi


770. Un converti peut-il être officiant ?
Posté par denis81 le 18/08/2008 à 01:55:23
Bonjour,
Il est mentionné dans Ora’h ‘Haïm que le converti ne peut être Chalia’h Tsibour (officiant) du fait qu’il ne peut mentionner « Éloké Avotenou » (D-ieu de nos ancêtres). Ce Dine s'applique t-il aussi pour le fils d'un converti (et donc pour toutes sa descendance) ?
Merci..

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 05/10/2008 à 20:56:11
Il est exact que le Choul’hane ‘Aroukh (1) cite l’avis de certains (Rabbénou Yona) qui ne reconnaissent pas au Guèr (converti) la possibilité d’être Chalia’h Tsibour (officiant). Ils pensent en effet, que n’étant pas juif du fait de leur ascendance, ils ne pourront pas dire dans la prière « Eloké Avoténou » (D-ieu de nos ancêtres, D-ieu d’Avraham…).
D’après cet avis, lorsque le converti prie à voix basse pour lui-même, il devra dire « Eloké Avote Israël » (D-ieu des Patriarches) (2).

Toutefois cet avis a été repoussé immédiatement par le Choul’hane ‘Aroukh lui-même au nom de nombreux Décisionnaires (Rambane, Rachba, Rabbénou Yoël).

En effet, ceux-ci considèrent que le converti a lui aussi parfaitement la possibilité de dire « D-ieu de nos ancêtres ». Ils se basent sur le fait qu’Avraham est appelé « Père d’une multitude de peuples » (Av Amone Goyim), car c’est lui qui a inculqué au monde entier la foi en un D. unique.

Le converti pourra à juste titre se considérer comme le fis d’Avraham et déclarer dans sa prière « D-ieu de nos ancêtres, D-ieu d’Avraham… » (3).
Le rituel sera identique s’il prie pour lui-même et non pas en tant qu’officiant (4).


Un converti a parfaitement le droit de diriger la prière en tant qu’officiant. Il va de soi que cela est également permis pour ses descendants.

Qu’il prie seul à voix basse ou en tant que Chalia’h Tsibour, il pourra dire dans sa prière comme tout le monde « Eloké Avoténou » (D. de nos ancêtres, D. d’Avraham…).

Kol Touv


1) Ora’h ‘Haïm chap. 53 par. 19
2) Voir Michna Béroura chap. 53 alinéa 49
3) Michna Béroura chap. 53 alinéa 50
4) Voir Michna Béroura chap. 53 alinéa 50 ; Kaf Ha’haïm chap. 113 au nom du Rambam dans son Iguérote Harambam chap. 7
 

Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation