UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 15 Aout 2018, Yom Révii


622. Entreposer des médicaments dans les toilettes
Posté par yapi le 08/01/2008 à 15:04:50
Bonjour Kvod Harabanim,

Je sais qu'il est problématique de rentrer de la nourriture aux toilettes, mais y a t-il un problème à stocker des médicaments (toutes sortes avec bon gout ou non) dans une armoire aux toilettes ? Et pouvez-vous me dire dans quel cas il faudrait faire une Bérakha avant de prendre un médicament ?

Merci d'avance de votre réponse et Cordial Chalom.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 14/01/2008 à 21:22:31
Nous avons déjà expliqué dans la question 509 «Faire rentrer de la nourriture aux toilettes» , qu'a priori on évitera de faire rentrer des aliments dans les toilettes. Nous avons toutefois expliqué que d'après le sens strict de la loi, cela restait malgré tout permis.

Ainsi, si un aliment a été introduit par mégarde aux toilettes, on pourra le consommer après l'avoir rincé. S'il est impossible de le rincer, on pourra malgré tout le consommer (1).
D'autre part, on pourra introduire des aliments dans les toilettes s'ils sont enveloppés dans un sachet (ou deux de préférence).

Les médicaments n'ont pas le statut d'aliment car on ne les consomme pas pour en tirer le profit que l'on attend (pour le goût, pour se rassasier) d'un aliment classique. Par conséquent, le Roua'h Ra'a (mauvais esprit), qui pourrait régner dans les toilettes, n'a pas d'emprise sur eux (2).


D'autre part, ils sont toujours stockés dans un emballage.
Ajoutez à cela l'opinion que nous avons rapporté dans la question 565 «Parler dans la salle de bain»
, selon laquelle, quand les toilettes servent à un autre usage, comme par exemple, s’il s’y trouve une armoire de rangement ou même une baignoire ou une douche, certains pensent qu’il n’y règne pas de mauvais esprits (Roua’h Ra’a) (3).

Vous pourrez donc entreposer des médicaments dans une armoire qui se trouverait dans des toilettes.

Quant à votre seconde question concernant la Bérakha à faire sur un médicament, le sujet a été traité dans le Choul'hane 'Aroukh (4) de façon claire:
Tous les aliments et les boissons que l'on ingère dans un but thérapeutique, qui ont un bon goût et dont la consommation est agréable nécessite une bénédiction avant et après leur consommation.
Bien entendu, la bénédiction finale ne pourra être dite que dans les cas où elle s'avère nécessaire (après consommation d'un Kazaïte pour un solide et un Révi'ite pour un liquide).
On fera ces bénédictions même si l'on ne prend le médicament que dans un but curatif sans aucune intention de profiter de son bon goût (5).

Il est bien évident que si le médicament a un mauvais goût, on ne fera aucune bénédiction.

Kol Touv


1) Choute Yabia’ Omèr tome 4 chap. 5 par.7
2) Choute Béèr Moché tome 8 chap. 41; voir aussi Piské Téchouvote tome 2 chap. 171 note 49
3) Voir Choute Or Létsiyone tome 1 chap. 9 et Choute Az Nédabérou tme 12 chap. 50 et Biour Halakha chap. 613 début de citation Im< i>; Michna Béroura chap. 554 alinéa 20 et chap. 227 alinéa 11
4) Ora'h 'Haïm chap. 204 par. 8
5) Michna Béroura chap. 204 alinéa 43; Voir aussi le Yalkoute Yossèf tome 3 page 435 par. 10
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation