UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 25 Mai 2018, Yom Chichi


461. Une perruque Kachèr, ça ressemble à quoi ?
Posté par JEREMIE le 04/08/2007 à 21:49:25
Chalom kvod harav

Quelles sont les conditions requises pour qu'une perruque soit Kachèr pour les Poskim (décisionnaires) qui la permettent?

Merci de votre réponse.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 19/08/2007 à 21:23:52
Les règles définissant les perruques autorisées sont complexes.
Nous vous conseillons donc de vous référer au livre : Oz Véhadar Lévoucha (en anglais ou en hébreu) qui consacre de nombreuses pages à ce sujet (1).

Nous allons essayer de vous donner un résumé de ces règles.

La perruque doit répondre aux règles de Tsnioute (de la pudeur) qui déterminent l’apparence et l’habillement de la femme. Celle ci doit donc être « discrète » et ne pas attirer l’attention, que ce soit par la longueur, le style, la coupe…

En ce qui concerne la longueur : la perruque ne doit pas dépasser la ligne des épaules. En effet des cheveux plus long se balancent avec le vent ou les mouvements de la tête et donnent ainsi un aspect naturel – problématique - à la perruque.
Certaines perruques, à l’aspect asymétrique ou dont certaines mèches couvrent une partie du visage sont « attirantes » et donc interdites.

Les perruques faites de cheveux naturels, posent également un problème. En effet, elles sont aujourd’hui tellement bien faites qu’il est souvent difficile, voire même impossible, de les distinguer d’une chevelure naturelle.
Or les Richonim (2) expliquent que le but de la Mitsva de se couvrir la tête pour une femme mariée est d’affirmer ainsi son statut afin de ne pas attirer l’attention sur elle .Il faut donc que son Kissoui Roch (couvre-chef) soit reconnaissable.

Dans une lettre de l’année 5750 (1990) signé par Rav Chélomo Zalmane Auerbach, Rav Eliyachiv, Rav Vozner, et Rav Nissim Karélits il est écrit : « La perruque est un Kissoui (élément qui les recouvre) au cheveux de la femme. Cela est vrai seulement s’il est visible qu’il s’agit d’une perruque. Par contre si elle a l’apparence des cheveux naturels, elle ne répondra plus à la définition d’un Kissoui. Le port d’une telle perruque a pour conséquence de faire fauter les personnes qui la regarderaient. »

C’est pourquoi, les perruques avec raie blanche, ou bien les perruques dont le filet est teint en blanc (afin de donner l’impression que les cheveux poussent du crâne) sont interdites car elles ressemblent trop à la chevelure naturelle.

Concernant les perruques « Custom fait main », malgré leur grande ressemblance avec une chevelure naturelle certain Poskim (Décisionnaires) les permettent car elle sont reconnaissables de face (en effet il est généralement visible a la limite entre le front et la perruque que les cheveux ne sont pas naturels car il ne poussent pas du crâne mais sont surélevé par rapport a celui-ci).

Un problème du même type est posé par les femmes qui recouvrent l’avant de la perruque par un large bandeau : il n’est plus alors reconnaissable qu’elles portent une perruque.

Il faut préciser qu’une perruque qui serait « Kachèr » sur une femme pourra poser problème si elle était portée par une autre femme.

Kol Touv


1) Pages 224-244, édition en hébreu
2) Téroumate Hadéchèn chap. 10 ; Roch sur la Guémara Kétouvote 72 a
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation