UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 25 Mai 2018, Yom Chichi


140. Comment se comporter chez soi à la maison ?
Posté par levana le 31/05/2006 à 19:50:45
A t-on le droit de s'habiller dans sa chambre?

Je vous remercie pour vos eclaircissements et votre aide.
kol touv

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 31/05/2006 à 22:54:27
On a l’obligation d’être pudique au moment ou l’on s’habille ou que l’on se déshabille. Ceci même si l’on est seul à la maison.
Ce comportement est l’expression d’une loi rapportée par le Choul’hane ‘Aroukh (1) selon le langage suivant : « ne dis pas je suis isolé au fin fond de ma chambre, qui pourrait me voir ? Car D. rempli le monde de sa présence divine ».

Ainsi le Choul’hane ‘Aroukh nous invite à nous habiller alors que l’on est encore couché pour ne pas nous découvrir même dans notre chambre (2).
De même il est rapporté dans le Michna Béroura (3), « un homme doit se comporter avec pudeur et retenue devant D. même lorsqu’il est isolé dans sa chambre dans l’obscurité de la nuit ».

Par ailleurs il est dit dans le Pélé Yo’éts dans le chapitre concernant la pudeur, « un comportement pudique est une nécessité pour les hommes, et à fortiori pour les femmes, car c’est par lui que l’homme se différencie de l’animal ».

Toutefois, il est nécessaire de préciser que d’après de nombreux commentateurs et décisionnaires (4), le Choul’hane ‘Aroukh fait allusion à une époque ou l’on avait l’habitude de dormir complètement déshabillé (5). D’où la nécessité de se couvrir avant de sortir du lit, ce qui n’est pas le cas de nos jours ou nous portons des sous vetements.(6)

Il faut citer, ici, en conclusion les dires du Rav Moché Feinchtein Zatsal (7) : « le fait d’avoir un comportement pudique pour un homme et de ne se déplacer que lorsqu’il est complètement habillé, n’est pas le produit d’une interdiction mais le résultat de l’atteinte d’un niveau d’élévation particulier et de la conscience de la permanente présence divine.
Comme il est écrit « Chiviti Hachem lénégdi Tamid », c'est-à-dire :
« j’ai placé D. devant moi en permanence », qui est un principe fondamental dans le judaïsme.

En conséquence, il faut s’efforcer d’adapter son comportement et son habillement aux règles de la « Tsinoute » (pudeur), même en privé.
Il y a lieu d’être tolérant si les conditions sont particulières (forte chaleur, par exemple), car ce n’est pas considéré comme un manquement au respect dû à la présence divine.(7)

Kol Touv


1) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h Haïm Chap.2 par. 2 d’après la Guémara Ta’anit 11 et ‘Haguiga 17
2) Choul’hane ‘Aroukh 2-1
3) Idem alinéa 1
4) Rachi, Maté Yéhouda, Yaffé Lévav tome 2 par. 1 et le Igrote Moché tome 3 Yoré Dé’a 68-4
5) Voir dans le Choul’hane ‘Aroukh chap. 73 par. 3-4
6) Igrote Moché idem
7) Igrote Moché idem debut de citation « Véhiné »
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation