UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 17 Janvier 2018, Yom Révii


682. Embrasser les membres de sa famille
Posté par MOISE le 31/03/2008 à 20:12:00
Bonjour,
Pouvez vous me dire quelles sont les règles de Tsnioute (pudeur) concernants le fait d'embrasser des proches parents?
Ma femme peut elle embrasser son frère, moi ma soeur...?
Toda Raba
'Hazak pour ce trés beau site.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 07/05/2008 à 20:32:04
Le fait d'embrasser une personne du sexe opposé peut parfois entrer dans le cadre d'une interdiction de la Tora dans les cas où existe une attirance naturelle entre les deux parties.
C'est pourquoi il convient effectivement de définir les personnes qui n'entrent pas dans le cadre de cette interdiction.

a) Un homme peut embrasser sa mère, sa grand-mère, son arrière grand-mère, sa fille, sa petite file et son arrière petite fille.
De même une femme pourra embrasser son père, son grand père, son arrière grand père, son fils, son petit fils et son arrière petit fils.
Dans tous les cas cités précédemment, il n'y aura pas de différence s'il s'agit d'une jeune fille ou d'une femme mariée.

Il importe de préciser que la Tora a interdit formellement toute relation physique entre une jeune fille ou une femme mariée et un des proches parents cités plus haut. Malgré tout, embrasser sera permis car il n'y a pas d'attirance entre un membre de la famille et sa descendance (1).
Le fait d'embrasser n'est en fait que la manifestation d'une affection familiale et non pas d'une attirance vis à vis de l'autre (2).

b) Bien que ce ne soit pas formellement interdit, il n'est pas convenable qu'un frère embrasse sa sœur. Ce sera toutefois permis tant que la sœur n'a pas atteint l'âge de la Bat Mitsva (3).

c) En ce qui concerne un oncle ou une tante par rapport à une nièce ou un neveu, il existe une divergence de vue :
- Certains l'assimilent au cas du frère vis-à-vis de sa sœur et considèrent que bien qu'il n'y ait pas là d'interdiction absolue, c'est à éviter sauf dans le cas où la tante n'aurait pas atteinte l'âge de 12 ans (4).
- Certains interdisent même dans ce dernier cas

Kol Touv


1) Tour et Choul'hane 'Aroukh Evèn Ha'ézèr chap. 21 par. 7 ; Péricha chap. 21 par. 7 ; Bèt Chémouèl chap. 21 alinéa 14 et 15; voir Pit'hé Téchouva Evèn Ha'ézèr chap. 22 par. 2
2) 'Hélkate Mé'hokèk Evèn Ha'ézèr chap. 21 par. 9
3) 'Hélkate Mé'hokèk Evèn Ha'ézèr chap. 21 par. 9 et Bèt Chémouèl chap. 21 alinéa 14
4) Voir Rambam Hilkhote Issouré Bia par. 21 Halakha 6 ; Choute Iguérote Moché Yoré Dé'a tome 2 chap. 137 et Evèn Ha'ézèr tome 4 chap. 64
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation