UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 21 Février 2018, Yom Révii


445. Trois pas en arrière
Posté par JEREMIE le 04/07/2007 à 00:43:47
Chalom Kvod Harav,

J'ai remarqué qu'il y avait plusieurs personnes qui à la fin de leur 'Amida recule en biais quand il y a quelqu'un qui n'a pas fini sa 'Amida derrière.
Ont-il sur qui s'appuyer?
Sinon comment faire quand la personne de derrière met longtemps à finir sa 'Amida.

Merci de votre réponse.

Réponse donnée par Rav Meir Cahn le 17/07/2007 à 20:34:01
Le Choul’hane ‘Aroukh, traitant des règles de la Téfila (1), stipule : « il est interdit de traverser les quatre Amote (l’espace d’environ deux mètres), face à une personne en prière ». La prière dont il est question est celle de la Téfila de Chémona ‘Esré, appelée aussi ‘Amida.

Deux raisons sont données à cette interdiction :
a) le passage troublera la concentration de la personne en prière ;
b) le passage interfèrera entre la personne qui prie et la Chékhina (présence Divine).

Le Choul’hane ‘Aroukh précise que cette règle ne s’applique qu’à l’espace situé en face de la personne en prière. A ses côtés par contre, il sera permis de passer, sans délimitation. Néanmoins, le Michna Béroura (2) cite le Zohar qui interdit tout passage, qu’il fut devant le Mitpalèl (la personne en prière) ou sur ses côtés.

Pénétrer l’espace se trouvant devant la personne en prière, mais sans toutefois passer ou se placer juste en face de celui-ci (Tsédadim chélifnéhèm), fait l’objet d’une Ma’hlokèt (d’une divergence d’avis). Selon le Maguèn Avraham, ceci sera également interdit. Par contre le Eliyahou Rabba l’autorise.

Au paragraphe suivant, le Choul’hane ‘Aroukh ajoute que cet interdit s’applique pareillement à une personne qui aurait terminé sa Téfila, alors que derrière elle se tient un fidèle encore en prière. Les trois pas en arrière clôturant la ‘Amida, ne pourront être fait avant que ce dernier ne termine – également - sa Téfila. Ces pas en arrière sont interdits au même titre que le passage devant un Mitpalèl (une personne en prière). Le Mé’habèr précise que cette règle restera valable même si le fidèle « attardé » aurait commencé sa Téfila en retard. Toutefois, ça ne sera que lorsque les trois pas en arrière amèneraient la personne dans l’espace des quatre Amote (d’environ deux mètres) situé devant le fidèle en prière, que l’immobilité sera imposée (3).

Concernant votre question de faire les trois pas en reculant en biais : le Michna Béroura (4) rapporte l’avis permissif de l’Eliyahou Rabba mentionné plus haut, selon lequel il est permis d’entrer dans l’espace situé devant le fidèle (Tsédadim chélifnéhèm), et stipule qu’en cas de nécessité, on pourra s’y remettre. Cependant, cette dérogation ne concerne pas l’éventualité où l’on se trouverait, non seulement devant, mais également juste en face, de ce dernier.

Malgré tout, certains décisionnaires (5) pensent qu’en cas de nécessité ou bien de Tsorékh Mitsva (pour permettre l’accomplissement d’une Mitsva), il serait possible de faire ces trois pas en arrière, en biais.

Kol Touv


1) Chap. 102 par. 4
2) Chap. 102 alinéa 17
3) Michna Béroura, ad. loc.
4) Ad. loc. alinéa 18 et19
Voir le Séfèr Arba’ Amote Chèl Téfila page 50 au nom du ‘Hazone Ich, et en se basant sûr le ‘Havote Ya’ir dans Mékor ‘Haïm, chap. 90 par. 24, et le ‘Aroukh Hachoul’hane, chap. 123 par. 5 ; Piské Téchouvote chap. 102 note 83
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation