Cette question vous a été proposé par
www.universtorah.com

536. Juif converti à une autre religion
Posté par le 30/10/2007 à 23:51:15
Bonjour,

Je souhaiterais savoir si d'après la loi juive, un juif adulte qui se convertit à une autre religion est toujours considéré comme juif pour la religion juive ?

Autre question proche de celle-ci.

Si des parents juifs non-convertis à une autre religion n'élèvent pas leurs enfants dans le judaïsme même sans circoncire les garçons et les élèvent comme des chrétiens en les faisant baptiser etc...., ces enfants sont-ils quand même considérés comme juifs pour la loi juive ?

D'avance merci pour votre réponse.

C.Z

Réponse donnée par Rav le 27/11/2007 à 22:35:03
La judaïté est un état immuable, irrévocable. Quiconque est né juif le restera, même s’il venait à fauter, à se détourner du chemin de la religion de ses ancêtres - Af ‘Al Pi Ché’hata, Israël Hou (1).

Plus encore, s’il avait commis le sacrilège de renier son judaïsme et de se convertir à une autre religion, il sera néanmoins toujours considéré comme juif (2).

Ceci sera valable pareillement pour des enfants nés juifs, mais élevés sans religion, ou même élevés dans une autre religion. Le retour et la Téchouva sont toujours possibles.

La judaïté reste irrévocable, au point que même un converti au judaïsme qui aurait rejeté notre sainte Tora et sa pratique, en retournant à sa croyance ou à sa religion d’origine, sera malgré tout considéré comme juif (3).

Nos Sages ont néanmoins conférés aux apostats le statut de non juifs, au niveau de certaines lois (4).

Kol Touv


1) Sanhédrine 44a
2) Voir le Rachi, Yébamote 16a intitulé Véto’im, le Némouké Yossèf, Yébamote 4b (des pages du Rif), le Mordékhi, Yébamote chap. 28, le Choute Maharik, chap. 85. Voir encore le Choul’hane ‘Aroukh et le Rama, Evèn Ha’ézèr chap.157 par. 4
3) Yébamote 47b et Rachi ad. loc. intitulé Déi ; Choul’hane Aroukh, Yoré Dé’a chap. 268 par. 2
4) Gittine 44a, Avoda Zara 26b et Tossafote intitulé Ani. Voir le Choul’hane ‘Aroukh, Yoré Dé’a chap. 2 par. 5. voir encore le Choute Har Tsvi, Yoré Dé’a chap. 107