UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Jeudi 21 Septembre 2017, Yom 'Hamichi


938. Faire une bénédiction quand on replace une Mézouza
Posté par sam07 le 12/12/2010 à 23:29:10
Bonjour
Lorsque j'enlève la Mézouza (parce que j'envisage de repeindre la porte d'entrée à l'intérieur comme à l'extérieur et il va donc me falloir enlever la Mézouza...) quelle est la durée maximum pendant laquelle est enlevée la Mézouza, autorisant à ne pas refaire la Berakha (bénédiction) lorsque je remets la Mézouza ?

À partir de quelle durée pendant laquelle est enlevée la Mezouza, dois-je faire la Bérakha, lorsque je remets la Mézouza ?

Merci de votre aide

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 10/04/2011 à 07:46:55
Sur toute Mitsva nos Sages ont institué une « Bérakha » (bénédiction) à réciter avant l’accomplissement de cette Mitsva.
Il existe certaines exceptions à cette règle qui ont été abordées dans notre réponse : 466 « Pourquoi faire (ou ne pas faire) une bénédiction sur une Mitsva ».

Cette Bénédiction reste valable tant que la Mitsva que l’on désire accomplir se poursuit et que l’on a pas l’intention de l’interrompre.

Il en est ainsi par exemple pour les Téfiline ou pour le Talite. Si l’on retire le Talite ou les Téfiline, sans avoir l’intention de les remettre immédiatement, on devra refaire la Bénédiction au moment de les vêtir à nouveau.

Il en résulte que l’on devra refaire une bénédiction sur une Mitsva chaque fois qu’elle s’est interrompue et que notre esprit se soit détourné de cette Mitsva.

Cette Halakha à été rapporté ici pour définir un principe général mais chaque cas comporte de nombreux éléments à prendre en considération pour déterminer la loi pratique.

En ce qui concerne la Mézouza le problème se pose dans la pratique quand on la retire pour la vérifier. Si on la trouve « Péssoula » (non conforme), on devra bien évidement faire à nouveau la bénédiction au moment de fixer une autre Mézouza.

Par contre, si la Mézouza est Kachèr, et qu’on la replace, la réponse s’avère beaucoup plus délicate et suscite des divergences de vue parmi les décisionnaires.

Doit-on considérer cette action comme une nouvelle mise en place, qui nécessite donc de refaire la bénédiction, ou bien n’est ce que la continuité de la pose précédente et on ne refera pas la bénédiction ?

La réponse dépend essentiellement de deux facteurs :
Le temps qui s’est écoulé entre la dépose et la repose d’une part, et le fait que l’on détache son esprit de la Mézouza (en s’adonnant à une autre activité par exemple)

Pratiquement, dans le cas où l’on replace la Mézouza seulement le lendemain (en laissant passer la nuit), tous les avis concordent pour refaire la « Bérakha » (1).

Si l’on est dans l’obligation de remettre la Mézouza le jour même, on s’efforcera de laisser passer quelques heures, et dans l’intervalle de penser à autre chose (Essè’h Da’ate), en s’adonnant à une quelconque activité ou en vaquant à ses occupations.

On pourra alors refaire la bénédiction en se basant sur les nombreux décisionnaires (la majorité) qui sont de cet avis (2).

Dans le cas extrême où il impossible d’attendre un tel laps de temps, on s’efforcera de faire la vérification sur place, à l’endroit même de la Mézouza et on la replacera sans bénédiction (3).

Le problème se pose de façon similaire quand on enlève une Mézouza pour refaire la peinture.

A priori, on laissera passer la nuit pour remettre la Mézouza avec bénédiction le lendemain.

En cas d’impossibilité d’attendre le lendemain, il s’écoulera malgré tout généralement quelques heures nécessaires à la peinture et au séchage.
On prendra soin de détourner son attention de la Mézouza par une autre activité (Pourquoi pas la peinture elle-même ?). On pourra alors replacer la Mézouza avec bénédiction (4).

Kol touv


1) ‘Aroukh Hachoul’hane chap. 289 par. 4
2) Bèn Ich ‘Haï 2 année Parachate Ki Tavo par.8 ; Choute Yabi’a Omér tome 3 chap. 17 note10 ; Sovéa Séma’hote tome 1 Hil’hote Mézouza par.84 et ‘Hovate Hadar chap.1 par. 14
3) Le Ya’bèts dans son Sidour, Bèn Ich ‘Haï 2 année Parachate Ki Tavo par.8, ‘Aroukh Hachoul’hane chap. 289 par.4
4) Voir Habaïte HaYéhoudi tome 7
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation