UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Samedi 23 Juin 2018, Yom Chabbate


921. Rachète t-on le premier né après une fausse couche ?
Posté par PHILIPPE le 19/08/2010 à 23:46:34
Bonsoir aux rabbanim chalita,

mon épouse, il y a quelques jours a mis au monde un garçon, mon premier enfant. Toutefois, mon épouse a fait précédemment une fausse couche dans la 13ème semaine de grossesse. Suis-je encore tenu à célébrer un « Pidyone Haben » (Rachat du premier né) ou en suis-je dispensé?
Je vous remercie par avance de votre réponse, et vous prie d'agréer, Rav chalita, mes sentiments les plus respectueux.
Yéchouah ben Eliyahou Philippe Marciano

Ps: permettez moi aussi de me joindre aux différentes satisfactions et autres remerciements qui se sont déjà exprimés sur votre site dont je suis fidèle. Après avoir lu les 2 premiers tomes de Nahalat Chlomo, je suis impatient de lire le troisième

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 23/12/2010 à 17:20:57
La Torah nous ordonne de consacrer à Hachem, le premier né de la femme: « Consacre moi tout premier né, tout prémice des entrailles parmi les enfants d’Israël » (1).
Rachi sur place explique que le Bé’hor (l’aîné) est celui qui a ouvert en premier la matrice de la mère.
La Michna dans Bé’horote (2) parle du cas d’une fausse couche, et stipule que lorsqu’une fausse couche s’est produite pendant les 40 premiers jours de la grossesse le nouveau né mâle suivant sera consacré au Kohén et nécessitera donc d’être racheté.

Si la fausse couche a eu lieu après le quarantième jour, le suivant sera dispensé du rachat à condition que le fœtus expulsé suite à la fausse couche avait déjà « une forme humaine ».

C’est ce qui apparaît également dans le Choul’hane Aroukh (3).

Il faut savoir que le compte des quarante jours fait l’objet de discutions chez les décisionnaires.
Selon Rachi (4) on comptera les 40 jours a partir de la Tévila au Mikvé (immersion dans le bain rituel).
Certains Rabbanim craignent cependant que la femme ne soit tombée enceinte avant la dernière Tévila (car il existe des cas ou l’on constate des saignements au cours de la grossesse), et que le fœtus a donc plus de 40 jours.

A priori, on aurait donc la certitude que le fœtus n’a pas plus de 40 jours uniquement dans le cas où la femme se serait séparée de son mari durant les trois mois précédent la dernière Tévila.

Toutefois les décisionnaires (5 ) concluent, que l’on comptera les 40 jours à partir de la dernière Tévila (à condition que celle ci fasse suite à des règles et non à une tache).

Le problème du rachat se pose donc réellement quand la fausse couche à lieu après les quarante premiers jour et que l’on ne sait pas avec certitude si le fœtus était déjà formé (forme humaine) au moment de la fausse couche.

Il importe donc absolument après les quarante jours (donc dans votre cas) de connaître le degré de développement du fœtus au moment de la fausse couche. Les bras et les jambes sont des éléments essentiels pour déterminer l’état de formation du fœtus.

Rav Vozner stipule que en cas de doute jusqu'à trois mois on rachètera le second sans bénédiction. Il précise que l’on pourra se baser sur deux ultra sons afin d’établir si le fœtus était formé (et par conséquent rendre quitte du rachat le suivant)
Rav Ovadia Yosséf (6) rajoute que même si seulement la femme a vu qu’il n’était pas formé, on ferra le Pidyone (le rachat).

Il faut aussi prendre en considération que certains Décisionnaires pensent que de toutes les manières, à notre époque nous ne sommes plus experts pour déterminer l’état de formation du fœtus.


Donc, après quarante jours en cas de méconnaissance de l’état du fœtus au moment de la fausse couche, ou aussi simplement en cas de doute, on ferra le rachat sans bénédiction.

Si au moment de la fausse couche, on n’a pas du tout prêté attention à l’état du fœtus, on fera le rachat en formulant la condition de récupérer l’argent de la part du Kohèn (Al ménate léha’hzir).

Nous vous avons donné ici les règles principales qui régissent le problème que vous nous soumettez. Vous pouvez constater par vous même que le cas est assez complexe. Par ailleurs 13 semaines constituent une période tangente donc encore plus problématique. Le critère principale restant l’état de développement du fœtus au moment de la fausse couche.

C’est pourquoi nous vous conseillons très vivement de vous mettre en rapport avec un Rav compétent qui examinera avec vous et de vive voix tout les facteurs du problème.

Kol touv


1) Chémote chap.13 verset 2
2) chap.8 Michna 1
3) Yoré Dé’a chap. 305 par. 22 et 23 voir aussi chap. 194 par. 2
4) sur Nida 30 a début de par. Léyom et Béer Hetev Yoré Déa chap. 194 note 4
5) Rav Voznér (Chévèt Halévi Hil’hote Nidda Chap. 194 par.2 note 2 et Avné Choham tome 1 Chap. 194 par.2 voir également Michmérét Hatahara dans le Taharate Habaïte tome 1 page 49 du Rav Ovadia Yosséf
6) Choute Yabia’ Omèr tome 6 partie Yoré Dé’a chap. 26
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation