UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Dimanche 26 Juin 2022, Yom Richone

85. Prendre un médicament Chabbate en déchirant des lettres
Posté par WDavid le 21/04/2006 à 12:03:33
Bonjour,
Pendant Chabbate, a t-on le droit d'enlever un medicament de sa plaquette lorsqu'il est écrit derriere, ou un Chinouï est obligatoire?

Réponse donnée par Rav Michael Kottek le 25/04/2006 à 10:54:33
L’ouverture d’emballage ou de sachet de médicament le Chabbate pose plusieurs problèmes.
1) détruire
2) déchirer
3) faire une belle ouverture (c’est un travail qui est appelé « Maké bapatich » : terminer un travail)
4) découper
5) effacer

En résumé, il est permis d’ouvrir un sachet pour en sortir son contenu lorsqu’on le fait sans avoir l’intention de créer ou de construire un nouvel objet .

En effet, le sachet est un objet qui ne sert à rien puisqu’il va être jeté et l’ouverture est une déchirure sans importance en elle-même dont la raison d’être n’est que de libérer le contenu.
De plus on déchire sans faire attention à la dimension de cette déchirure qui ne nous importe pas (sauf si on ouvre un sachet de lait, par exemple, selon une certaine mesure comme on en a l’habitude pendant la semaine !).

Néanmoins il faut faire attention à ne pas déchirer un endroit ou se trouve des lettres ou un dessin car se serait une violation de l’interdiction d’effacer le Chabbate.

Toutefois, cette interdiction et dans notre, cas une interdiction d’ordre rabbinique (dérabbanane), car on efface pas pour écrire l’emplacement des lettres disparues.
A noter qu’entre 2 lettres on pourrait déchirer.

Lorsqu’on veut prendre un médicament qui est dans un emballage composé de plastique et d’aluminium, s’il y a des lettres écrites sur de l’aluminium, il faudra couper avec un couteau le coté plastique pour sortir le médicament. (1)

A noter que le Rav 'Ovadia Yossef écrit que bien qu’il y a lieu de s’abstenir de déchirer à l’endroit ou se trouve des lettres, cela n’est pas vraiment une faute de le faire (car il s’agit ici d’un cas de Psik Réché déla ni’ha lé bédéranane) (2).

Kol Touv


1) Voir Chémirate Chabbat Kéhilkhato 9,12 et ses commentaires sur place.
2) Voir Yabi’a Omer tome 4 chap.33
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation