UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 20 Octobre 2017, Yom Chichi


805. Quand le Mikvé tombe pendant Soukkote
Posté par denis81 le 10/10/2008 à 09:37:11
Bonjour,

Qui passe en priorité si le Mikvé tombe le premier soir de Soukkote ?
En effet, toutes les ‘Houmrote de la Mitsva de Soukkote ont été concentrées sur ce premier jour, au prix que l’argument de Mitstaèr (peiné, tracassé), qui nous exempte de la Soukka, n’intervient pas ce soir la.
On a donc l’alternative entre deux Mitsvote Assé (Mitsvote positives) de la Tora, dormir dans la Soukka ou avec son épouse.
(Précision : les dimensions de la Soukka permettent seulement à une unique personne de dormir à l’intérieur)
Qui passe en priorité ?
Merci.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 13/10/2008 à 11:02:19
Avant toute chose, il convient de préciser que nous avons l’obligation pendant les sept jours de Soukkote de séjourner dans la Soukka, de la même manière que nous vivons le reste de l’année dans notre maison. Cela sous entend, entre autre, le fait d’y dormir et d’y prendre ses repas (1).

Lorsque les conditions sont telles qu’il est désagréable, voir pénible, de rester dans la Soukka, on se trouve exempté de la Mitsva de la Soukka (Mitstaèr Patour).

C’est le cas lorsque tombe la pluie, qu’il y fait trop froid, qu’on est envahi pas les moustiques, ou que survient une mauvaise odeur par exemple.

La première nuit, il y a une obligation de la Tora de manger un Kazaïte (30 gr. Environ) de pain dans la Soukka de la même manière que l'on doit manger un Kazaïte de Matsa le premier soir de Pessa'h.

Il existe une divergence de vue entre les décisionnaires quant à la possibilité d’être exempté de ce repas en cas de désagrément sérieux :

- D’après le Choul’hane ‘Aroukh (2), on appliquera la règle générale de « Mitstaèr Patour » (celui qui éprouve un désagrément dans la Soukka, en est exempté).

- D'après le Rama, la première nuit, on devra même sous la pluie, y faire le Kiddouch et y manger son Kazaïte de pain. Ceux qui suivent cet avis (les Achkénazim), ne ferons toutefois pas la bénédiction "Léchèv Basoukka" dans ce cas (3).

Quoi qu'il en soit, cette Ma'hlok'èt (divergence de vue), ne concerne que le fait de manger dans la Soukka le premier soir.

Quant à y dormir, d'après les décisionnaires (4), la règle est la même pendant toute la fête de Soukkote : en cas de gène (pluie, par exemple), on appliquera la règle de "Mitstaèr Patour", et on pourra dormir à la maison même la première nuit (5).
Si la cause de la gêne a cessé au cours de la nuit, on ne sera pas obligé de retourner dans la Soukka pour y finir la nuit (6).

Il faut savoir par ailleurs qu'il est permis de retrouver sa femme dans la Soukka et d'y passer la nuit avec elle. A condition toutefois que la disposition et la taille de la Soukka s'y prête et permette de préserver leur intimité (¬7).

Quelle sera la règle, lorsque la Soukka ne permet pas un tel rapprochement, comme c'est votre cas ?

Certains ont voulu expliquer l'habitude qui s'est répandu, de ne pas dormir dans la Soukka, entre autre par le fait qu'un homme sera peiné (Mitstaèr ) de ne pas dormir avec sa femme comme il le ferait dans sa maison (8).
Toutefois cet avis permissif a été généralement repoussé par les décisionnaires.

Il en ressort qu'en période normale, il y a lieu de réaliser la Mistva de dormir dans la Soukka, même seul, sans pouvoir évoquer le principe de "Mitstaèr Patour" (9).

Il semble qu’il y aura alors lieu de déplacer le rapprochement avec sa femme ou de retourner dans la Soukka par la suite.

Par contre si le Mikvé de l'épouse tombe un des soirs de Soukkote (quel qu'il soit), on considèrera que le fait de dormir seul dans la Soukka entraine un réel désagrément et on se trouvera exempté de la Soukka. On pourra donc passer toute la nuit à la maison avec sa femme (10).


Il est permis et même souhaitable et passer la nuit avec sa femme dans la Soukka, lorsque la disposition et la taille de la Soukka s'y prêtent et permettent de préserver leur intimité.

Si la Soukka ne permet pas un tel rapprochement, et que le Mikvé de l'épouse tombe un des soirs de Soukkote (quel qu'il soit), on est exempté de la Soukka et on pourra passer toute la nuit à la maison avec sa femme.

Kol Touv et ‘Hag Saméa’h


1) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap.639 par.1
2) Ora’h ‘Haïm chap.639 par.5
3) Voir Michna Béroura chap.639 alinéa 35, au des A'haronim
4) En effet si certain (comme cela apparaît chez le Ritba Guémara Soukka 27a début de citation Ha) ont voulu dire que de la même manière qu'il y avait une obligation de manger un Kazaïte dans la Soukka le premier jour, il y avait une obligation d'y dormir au moins un court laps de temps, cela n'est pas évoqué chez les décisionnaires
5) Ora’h ‘Haïm chap.639 par.7
6) Choul’hane ‘Aroukh et Rama Ora’h ‘Haïm chap.639 par.7; voir aussi Michna Béroura chap.639 alinéa 39 au nom du 'Haïé Adam
7) Taz chap.639 alinéa 4 et ainsi qu'il apparaît dans le Rama Ora’h ‘Haïm chap.639 par.2; voir aussi Michna Béroura chap.639 alinéa 18. Notons toutefois l'avis contraire du Bèt David chap.444 et du Chakh sur la Tora Parachate Emor
8) Rama Ora’h ‘Haïm chap.639 par.2
9) Rama Ora’h ‘Haïm chap.639 par.2 ; voir aussi Michna Béroura chap.639 alinéa 18
10) Michena Béroura chap.639 alinéa 18 ; Nichmate Adam alinéa 1, dans le ‘Haié Adam Klal 147
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation