UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 20 Octobre 2017, Yom Chichi


790. Sonner le Chofar pour les autres
Posté par denis81 le 19/09/2008 à 07:32:52
Bonjour,
Je souhaiterai sonner a Roch Hachana pour mes proches qui ne pourront se joindre a la synagogue:
1. Si l'on veut sonner pour sa femme, y a t-il une Bérakha a faire? Si oui, qui la fait?
2. Combien de sonnerie au minimum, il conviendrait de faire? Dans quel ordre?
3. Quel est la durée minimum d'une Tékia acceptable?
4. Doit on alterner les Néchimote (respirations) entre Chévarim et Téroua?
5. Peut on parler entre les sonneries globale (ex: entre TaChaT et TaRaT)?
6. Quel est la durée maximum de pause que l'on peut prendre entre les sonneries globales?
7. Si l'on a un doute si un son est bon ou mauvais, doit on le recommencer?
Merci.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 01/09/2013 à 10:52:00
Vu la multitude des questions posées, nous sommes dans l’obligation d’y répondre de façon brève. Etant donné de plus, qu’il existe des divergences de vue entre les Décisionnaires, nous nous bornerons également à rapporter uniquement les règles générales selon les Séfaradim à l’exception de certaines qui seront précisées.

Celui qui sonne devra faire précéder les sonneries par la bénédiction « Lichmoa’ Kol Chofar » et «Chéhé’héyanou » uniquement le premier jour de Roch Hachana (1). Les Achkénazim ont l’habitude de dire « Chéhé’héyanou » les 2 jours.

D’après le sens strict de la loi, les femmes sont dispensées de sonner ou d’entendre le Chofar (2). Néanmoins, il est bon qu’elles entendent toutes les sonneries le jour de Roch Hachana. Elles pourront donc sonner par elles mêmes ou les entendre de quelqu’un d’autre.
Toutefois, elles ne feront pas de bénédiction, de même pour celui qui sonne pour elles (3).

Chez les Achkénazim, les femmes ont le Minhag de faire la Bérakha. Par contre, un homme qui se serait déjà acquitté ne pourra pas dire la bénédiction pour elles, mais pourra le faire pour un autre homme (4).

Celui qui s’est déjà acquitté de la Mitsva du Chofar, pourra malgré tout sonner par la suite pour des femmes (5).

Celui qui sonne pour d’autres personnes, devra avoir l’intention de les acquitter. De leur coté, ceux qui écoutent devront avoir l’intention d’être acquitté par le sonneur. C’est pourquoi il est bon, avant de sonner, de prévenir l’assistance de ces conditions impératives (6).

Il convient de sonner l’ensemble des combinaisons que l’on doit effectuer à la synagogue après la lecture de la Tora, soit : « Tachrate » (3 fois la combinaison : « Téki’a-Chévarim-Térou’a-Téki’a ») ; « Tachate » (3 fois la combinaison : « Téki’a-Chévarim-Téki’a ») ; « Tarate » (3 fois la combinaison : « Téki’a-Térou’a-Téki’a ») (7).

La durée minimum d’une « Téki’a » est variable car elle doit être au moins équivalente à la durée des « Chévarim » dans la sonnerie de « Tachate » à celles de la « Térou’a » dans la sonnerie de « Tarate » et à celles de l’ensemble « Chévarim-Térou’a » dans la sonnerie de « Tachrate » (8).
La « Téki’a » de « Tachrate » est donc plus longue que les autres.

Les 3 « Chévarim » doivent être fait dans un même souffle, de même la « Térou’a ». A priori, dans la sonnerie de « Tachrate » on fera suivre les « Chévarim » par la « Térou’a sans faire de pose respiratoire (Binechima A’hate).
Si c’est difficile pour celui qui sonne, il pourra les séparer par une respiration (9).

Le Minhag chez les Achkénazim est de sonner « Chévarim » et « Térou’a » en 2 respirations distinctes (10).

Il est interdit de parler entre les différentes sonneries (A l’exception à postériori de sujets concernant la sonnerie du Chofar).
Si l’on a un doute concernant un son, il faudra le recommencer. Dans de nombreux cas, si l’on s’est trompé, on aura même l’obligation de reprendre l’ensemble du groupe de sonnerie depuis la « Téki’a » initiale.

Il est important de noter que nous n’avons fait que survoler les lois concernant la sonnerie du Chofar. Il semble indispensable de les étudier plus en profondeur avant de passer à l’acte.

Kol Touv et Chana Tova


1) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap.585 par.2 et Choute Yabia’ Omèr tome 1 chap. 29 par. 11
2) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 589 par. 3
3) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 589 par. 6
4) Rama chap. 589 par. 6
5) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 589 par. 6
6) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 589 par. 8
7) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 590 par. 1, 2 et 3 et Rama Ora’h ‘Haïm chap.585 par.2
8) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 590 par. 3
9) Choul’hane ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm chap. 590 par. 4
10) Rama chap. 590 par. 4 et Michna Béroura chap. 590 alinéa 21
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation