UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 25 Mai 2018, Yom Chichi


726. Kachériser un évier en céramique
Posté par Thierry le 11/06/2008 à 22:37:34
Shalom Rav
Je viens d'acquérir un logement qui appartenait à une famille non juive.
Ce logement possède un évier de cuisine en céramique. Y a t-il une possibilité de le cachériser et comment.
Si la réponse est positive, j'aimerai savoir pourquoi ne peut on pas cachériser de la vaisselle en céramique ou porcelaine ?
Merci par avance

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 22/10/2012 à 08:41:00
Tout ustensile de cuisine qui a été utilisé à chaud avec des matières non Kachèr, doit subir un processus de Kachérisation.

La méthode de Kachérisation dépendra d’un certain nombre de facteurs et de principes dont le développement n’entre pas dans le cadre de cette question.
Notons toutefois qu’il y a deux moyens de Kachériser des ustensiles :
a) La Hag’ala : En les immergeant dans de l’eau bouillante (1)
b) Le Liboune : En les chauffant au rouge (2)

Le processus de Kachérisation dépendra essentiellement de la manière avec laquelle la matière non Kachèr a été absorbée par l’ustensile (selon le principe : « Kébol’o Kakh Polto »)

Ainsi, tout ustensile qui a absorbé un élément Tarèf (non Kachèr) dans un milieu aqueux, comme c’est généralement le cas d’une casserole, devra l’expulser par trempage dans de l’eau bouillante (Hag’ala).
Si l’élément Taréf a été absorbé à sec (c’est le cas d’une broche en métal utilisée pour des grillades), il ne pourra être Kachérisé que par le feu (Liboune).

La possibilité de Kachériser, ainsi que la méthode à utiliser dépendent également de la matière avec laquelle est constitué l’ustensile en question.

• La Kachérisation d’objets en métal, en pierre ou même en bois, ne pose en règle générale aucun problème. Malgré tout, chaque cas doit être examiné séparément par une personne compétente

• Les avis divergent quant à la possibilité de kachériser des ustensiles en verre.
Les Séfaradim en effet, considèrent que le verre n’absorbent pas même à chaud et qu’il ne nécessite qu’un nettoyage en profondeur pour être réutilisé (3).
Les Achkénazim par contre, suivent l’avis du Rama (4) selon lequel, le verre est assimilé à de l’argile (car fabriqué à partir du sable), ce qui le rend non Kachérisable.

• Tout ustensile à base d’argile (‘Hérèss) cuit au four est, comme nous venons de le laisser entendre, impossible à kachériser car ils ne peuvent en aucun cas rejeter les matières absorbées. (5).

Précisons que le terme céramique désigne l’ensemble des objets fabriqués en terre cuite (matière obtenue par la cuisson d'argile ou glaise) qui ont subi d’une cuisson à température plus ou moins élevée.
Rappelons que la faïence est une forme de céramique à base d'argile, recouverte d'une glaçure (ou émail) à base d'étain qui lui donne son aspect bien particulier (blanc et brillant).
La porcelaine, est une autre famille de céramique généralement recouverte d'un émail blanc.

Ces deux dernières catégories bien que moins poreuses, car recouvertes d’émail, ne présentent malgré tout, à priori, aucune possibilité de Kachérisation (6).

Il apparaît donc que tout ustensile en céramique, qui a absorbé une matière interdite à la consommation ne pourra plus être réutilisé, du moins à chaud (à partir de 40 degrés environ).

Il apparaît de même, que la Kachérisation d’évier ou de plan de travail en céramique est très problématique, voir impossible.
Il est évident que la solution qui s’impose à priori, est le remplacement du plan de travail ou de l’évier en question.
En cas d’impossibilité ou dans l’attente du remplacement, il conviendra de ne l’utiliser qu’à froid. On pourra également installer dans le fond de l’évier ou sur le plan de travail des grilles ou des tapis en plastic comme on en trouve dans le commerce.

Il faut noter malgré tout, que les Séfaradim pourront, en dernier ressort s’appuyer sur l’avis du Choul’hane ‘Aroukh (7) selon lequel la méthode de Kachérisation d’un objet est déterminée en fonction de l’utilisation habituelle de celui-ci (sans tenir compte des modes d’utilisation exceptionnels).
C’est pourquoi un objet généralement utilisé à froid pourrait se suffire d’un nettoyage minutieux. Or, un évier est généralement utilisé à froid.
On pourrait donc considérer qu’il ne nécessite pas d’après le sens strict de la loi un ébouillantage selon les règles pour pouvoir continuer à s’en servir.

En s’appuyant sur cet avis tolérant, certains Décisionnaires permettent, mais uniquement dans des cas de nécessité extrême et en l’absence d’autres alternatives, l’utilisation d’éviers en céramique qui ont été utilisés avec des aliments Tarèf.
Il sera bien entendu nécessaire au préalable de les ébouillanter après les avoir nettoyés en profondeur et les avoir laissé sans utilisation pendant 24 heures.
On pourrait également procéder différemment en laissant baigner l’évier pendant 24 heures dans un liquide décapant (8).

Par contre, le Rama (9) soutient que l'on prend en compte même une utilisation occasionnelle. Ainsi, d'après cet avis, il sera indispensable de kachériser un évier étant donné qu'il puisse arriver que l'on s'en serve à chaud.
Les Achkénazim qui suivent les Décisions Halakhique du Rama n'auront donc pas d'autres alternative que de remplacer l'évier (en céramique) ou de veiller à l'utiliser exclusivement à froid.
Notons toutefois, que dans le cas où cet évier n'aurait pas été utilisé pendant un an, il serait possible même pour les Achkénazim de le kachériser. (10).

Kol Touv


On ne peut pas, à priori Kacheriser un objet en céramique quel qu'il soit. Il en est de même pour un évier ou un plan de travail fabriqués dans cette matière.

On n'aura donc pas d'autre choix que de le changer ou de ne l'utiliser qu'à froid après nettoyage parfais.

Dans des situations de nécessité extrême et en l’absence d’autres alternatives, on consultera un Rav sur une possiblité éventuelle de Kachérisation.


1) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 451 par. 3
2) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 451 par. 4
3) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 451 par. 26
4) Ora’h ‘Haïm chap. 451 par. 26
5) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 451 par. 1
6) Michna Béroura fin du chap. 451. Le Rav ‘Ovadia Yossèf dans son Choute Yabia’ Omèr, tome 1 partie Yoré Dé’a chap. 6, permet dans certains cas extrêmes qui entraîneraient des pertes financières élevées et où il n’y a pas d’autre alternative, de kachériser un objet de ce type qui n’a pas été utilisé dans les 24 heures en lui faisant subir la Hag’ala 3 fois successivement. Le Rav Moché Feinstein dans son Iguérote Moché, partie Yoré Dé'a tome 2, chap. 46 permettrait en cas de perte financière importante. Il est toutefois préférable de n'opérer cette Kachérisation qu'avec des ustensiles qui n'ont pas été utilisés pendant 12 mois
7) Ora'h 'Haïm chap. 451 par. 6
8) Séfèr Hakachroute chap. 1 note 32 au nom du Rav Bèn Tsiyone Aba Chaoul et 'Hazone 'Ovadia par. 6
9) Ora'h 'Haïm chap. 451 par. 6
10) Voir à ce propos le Choute Iguérote Moché, partie Yoré Dé'a tome 1, chap. 28
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation