UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 21 Février 2018, Yom Révii


706. Etre strict ou tolérant
Posté par patrick le 08/05/2008 à 21:55:24
Dans le Yalkoute Yossèf, (page 372, Lois de 'Hol Hamo’èd) on peut lire la phrase suivante : « lorsque les opinions des décisionnaires sont partagées comme chaque fois qu'il y a un doute sur une décision rabbinique, ou la règle veut qu'on adopte l'opinion la moins stricte ».

Que faut il comprendre à cette assertion. Elle peut paraître troublante. On pourrait avoir l'impression de faire un choix arrangeant a priori dans l'interprétation de Halakhote et ainsi se donner bonne conscience.

Merci pour votre réponse.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 14/05/2008 à 19:58:54
Comme vous le savez, il existe des Mitsvote d'ordre Toranique et d'autres d'ordre Rabbinique.
A propos des Mitsvote qui ont été directement ordonné par la Tora, il existe un principe général: "Safèk Déoraïta La'houmra". Ce qui signifie que lorsque les opinions des Décisionnaires sont partagées quant à l'application de cette Mitsva, on adoptera l'opinion la plus stricte.
De même si l'on a un doute quant à l'accomplissement même de cette Mitsva, on prendra soin de l'accomplir de nouveau afin de sortir du doute.
Ainsi par exemple, quelqu'un qui aurait mangé à satiété, et qui ne se souvient plus s'il a dit le Birkate Hamazone (qui est une Mitsva de la Tora) en fin de repas, aura l'obligation de le refaire pour se sortir du doute.

A l'inverse, quand la Mitsva est d'origine Rabbinique, on appliquera le principe : "Safèk Dérabbanane Lakoula". Ce qui signifie que lorsqu'il existe une divergence de vue parmi les Décisionnaires sur un décret rabbinique, on adoptera l'opinion la moins stricte.

De même, en cas de doute sur l'accomplissement d'une Mitsva d'ordre rabbinique, on pourra se dispenser de la refaire. Ainsi, si quelqu'un ne se rappelle plus s'il a dit la bénédiction finale après avoir bu un verre d'eau par exemple (Dans ce cas, c’est une injonction rabbinique), il ne devra pas dire cette Bérakha pour se sortir du doute.

Vous voyez bien qu'il ne s'agit pas de se donner bonne conscience mais simplement appliquer des principes Halakhiques généraux qui tiennent compte de l'origine de la Mitsva : En cas de doute ou de divergence d'opinion sur une Mitsva d'origine Toranique, on se montrera plus strict et sur une Mitsva d'origine rabbinique, on se montrera plus tolérant.

Kol Touv
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation