UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Jeudi 25 Mai 2017, Yom 'Hamichi


666. Pourquoi deux jours de Pourim ?
Posté par Matmid le 03/03/2008 à 09:11:37
Bonjour,
Nous nous rendons compte que nous ne connaissons pas grand-chose en dehors d’Israël sur les Halakhote de « Pourim Chouchane » et sa signification.
Pourquoi un décalage de date, et pourquoi uniquement dans les villes fortifiées. Et donc c’était pour avoir quelques précisions Halakiques sur Pourim Chouchane.
Merci

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 02/03/2017 à 08:54:00
Les 14 et 15 Adar sont appelés jours de Pourim, en ce qui concerne les Mitsvote qui y sont attachées. Toutefois ces Mitsvote ne sont observées qu'à l'une ou l'autre de ces deux dates. Dans la plupart des villes (ainsi que dans les campagnes), Pourim est fêté le 14, dans certains endroits, parmi lesquels notamment Jérusalem, ce sera le 15.

Lorsque sous l'autorité d'Esther et de Mardochée, Pourim fut institué comme fête pour les générations futures, un an après les événements dramatiques de Suse (en hébreu, CHOUCHANE), ils envoyèrent des missives à tous les juifs du royaume perse, à l'effet d'instituer « les jours de Pourim à leurs dates » (Bizémanéhem – en leurs temps dans le texte, donc au pluriel) : autre ment dit la date de la fête doit différer selon l'endroit.

Pour quelle raison les autorités religieuses de l'époque décidèrent-elles de fixe deux jours différents, alors que toutes les autres fêtes juives sont célébrées à la même date partout ? On sait qu'au moment des combats, tous les juifs du royaume avaient pris les armes pour se défendre contre leurs ennemis le 13, puis « avaient pris du repos » sur leurs ennemis le 14, et en avaient fait un jour de festin et de joie. Par contre les juifs de Suse (CHOUCHANE), qui avaient dû se battre encore le 14 ne prirent de « repos » que le 15 Adar dont ils firent le jour de festin et de joie.

Il eût été légitime, lorsqu'on prit les ordonnances futures, de fixer le 15 Adar comme jour de Pourim seulement pour les juifs de Suse. Mais les autorités Rabbiniques de l'époque voulurent honorer Érèts Israël, qui dans sa majeure partie était en ruines lorsqu'eut lieu le « miracle de Pourim ».

On décida donc :
1) que les juifs habitant la ville de Suse, où avait eu lieu ce miracle, devaient en souvenu des évènements fêter Pourim le 15, et ceci bien que la ville de Suse ne fut fortifiée que de date récente.
2) quant aux autres villes fortifiées celles qui étaient déjà entourées de murs à l'époque de Josué, lors de la première conquête d'Érèts Israël, devaient comme Suse fêter Pourim le 15 Adar. Toutes les autres villes, même celles qui sont fortifiées actuellement, fêtent Pourim le 14 à l'instar des villes ouvertes et des campagnes.
Aussi le 14 Adar est-il appelé le « Pourim des villes ouvertes (Pourim Hapérazim), le 15 Adar « Pourim des villes fortifiées » ou encore « Chouchane Pourim » (Pourim de Suze).

En dehors de la ville de Suse, seule Jérusalem possède aujourd'hui le privilège de fêter Pourim le 15 Adar : la Méguilla est donc lue le 14 au soir et le 15 au matin. Partout ailleurs, elle est lue le 14 au soir et le 14 au matin (avec bénédiction). Dans quelques villes (Hébron, Akko, Lod, Tibériade...), on la relit le 15, mais sans bénédictions.

LES MITSVOTE DE POURIM

Dans la Méguilla même, il est question de 4 Mitsvote, qui ont été adoptées par le Sanhédrine de l'époque : lecture de la Méguilla, festin, envoi de présents l'un à l'autre, dons aux pauvres.
Nos Sages à l'époque du Grand Synode ont ordonné la lecture dans la Tora (Ex. 17, 8 à 16), et de faire mention de Pourim dans les prières (Chémoné Esré) et dans la bénédiction après le repas ‘Al Hanissim.

Par contre, on ne dit pas le Hallèl : la lecture de la Méguilla en tient lieu. - Selon une autre explication, on ne dit pas Hallèl pour un miracle qui s'est produit en dehors d'Erets Israël. Pourtant, objecte la Guémara (Méguilla 14 a), on dit Hallèl le soir de Péssa'h, alors que les miracles de la sortie d'Égypte ont eu lieu 'Houts La'arèts (en dehors d’Israël)? A quoi on répond tant que le peuple d'Israël n'était pas entré dans la terre promise, le cantique du Hallèl pouvait être entonné partout (à l'occasion d'un miracle). Mais une fois qu'ils furent installés en Érèts Israël, seul notre pays a ce privilège. On a indiqué une troisième raison : Il y est dit (dans le Hallèl) : « Glorifiez, serviteurs de l'Éternel, glorifiez le Nom de l'Éternel » ! Or à Pourim, bien que sauvés d'un terrible danger, nous n'avons pas recouvré notre indépendance nous sommes restés assujettis aux Rois des Perses !

Toutes les Mitsvote instituées par nos Sages â l'occasion de Pourim s'appliquent dans les villes ouvertes le 14 Adar, dans les villes fortifiées le 15 de ce mois. Par contre le jeûne et le Hespèd sont interdits le 14 et le 15 partout ; dans les années intercalaires, les 14 et 15 Adar I également (alors que la lecture de la Méguilla et les autres Mitsvote attachées à Pourim ont lieu en Adar II seulement).

Un affligé, pendant les sept jours de deuil, peut se rendre à l'office le soir du 13 et le 14 au matin pour écouter la Méguilla ; mais ne quittera pas la maison pour un autre but. Toute manifestation de deuil est suspendue pendant les deux jours (14 et 15), excepté ce qui regarde la vie intime (comme pour le Chabbate pendant la semaine de deuil en général).

Le travail est en principe permis le Pourim ; mais on évitera les gros travaux. Nos Sages ont dit à ce propos, celui qui vaque à ses affaires le Pourim, n'y verra pas de « signe de bénédiction »! Il va sans dire qu'il s'agit en l'occurrence d'un travail rémunéré. Mais ce qui est une Mitsva est permis. Il est permis aux habitants des villes ouvertes de travailler le 15 Adar, et vice versa.

LES TROIS JOURS DE POURIM DE JÉRUSALEM

Lorsque le 14 Adar tombe un vendredi, les villes ouvertes fêtent Pourim comme les autres années ; toutefois le festin doit se faire avant midi, à cause de la proximité du Chabbate. Dans les villes fortifiées (c'est-à-dire à Jérusalem), la Méguilla est lue le vendredi 14, car le Chabbate il n'est pas permis de, lire, pour les mêmes raisons qu'on ne sonne pas le chofar le Chabbate lorsque le premier jour de Roch Hachana tombe Chabbate. C'est le vendredi également qu'on fait les dons aux pauvres. Le Chabbate 15, qui est Pourim pour les habitants de Jérusalem, on dit ‘Al Hanissim, et on lit, après la lecture de la section sabbatique, dans un deuxième Séfèr la Parachate Amalèk; la Haftara Samuel I, 15 est la même que pour Chabbate Za'hor. Le festin de Pourim, ainsi que l'envoi des présents aux amis, sont remis au dimanche 16 Adar : le festin ne peut se faire le 15, car il ne faut pas mêler une autre joie à la joie du Chabbate ; on ne peut pas envoyer les présents le Chabbate puisqu'il est interdit de transporter des objets d'un domaine à l'autre.

Pourquoi la Méguilla, lorsque Pourim tombe un Chabbate, est elle lue la veille, et non le lendemain du 15 ? C'est en se référant à un verset du livre d'Esther (9, 27) :...les juifs reconnurent et acceptèrent, pour eux et leurs descendants... « Vélo Ya'avôr » ; ce passage est interprété ainsi : on ne peut reculer les dates de Pourim telles qu'elles ont été fixées par Mordékhaï et Esther. On a donc admis le principe suivant : la lecture de la Méguilla, s'il le faut, peut être avancée, mais ne peut jamais être retardée. (Remarque du traducteur : voir Michna Méguilla I, 1 et 2, dans la traduction du Rabbinat français).

Quant au festin et aux présents envoyés aux amis, rien ne s'oppose à ce qu'on les remette au lendemain 16, car dans le verset cité plus haut, il est question uniquement de la célébration de Pourim par lecture de la Méguilla. Le 16 Adar est donc, en cette occasion, une fête pour les habitants de Jérusalem, toutefois on n'intercale ‘Al Hanissim ni dans le Chémoné 'Ésré ni dans la bénédiction après le repas.

Il en résulte la triple fête de Pourim (Pourim Méchoulach) de Jérusalem, les années où, par ailleurs, la veille de Péssa'h tombe un Chabbate.

Extrait du livre Ephémérides de l’année juive.
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation