UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 26 Juillet 2017, Yom Révii


486. Se déshabiller dans une chambre où se trouvent des livres saints
Posté par Juif le 15/09/2007 à 22:41:49
Y a t-il un problème de se découvrir dans une chambre avec des Séfarim (livres saints)?
En effet nous savons que lors d’un rapport, il faut les recouvrir, avec un drap par exemple.
Qu’en est il pour des photos de Rabbanim ?
Merci

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 23/06/2014 à 21:12:00
Il est écrit dans la Tora : «Il ne sera pas vu chez toi de nudité » (1).Nous apprenons de ce verset l’interdiction de réciter des paroles de Tora ou de prière en étant nu ou face à une personne entièrement déshabillé (2).
Un homme n’aura pas non plus le droit de réciter des paroles de Kédoucha (sainte) en face d’une femme indécemment vêtu (3).

De ce verset découle également une interdiction concernant les objets qui ont un caractère de sainteté tels que livres d’étude, Téfilline, Mézouza : il ne devront pas être en situation de « voire » une nudité (4).

Il sera donc interdit à un homme ou une femme de se déshabiller entièrement en face de livre ou d’autres objets saints.
En cas de nécessité, il faudra les recouvrir avant de se déshabiller (5). Il en sera de même pour un garçon de plus de neuf ans et pour une fille de plus de trois ans (6).

Par contre contrairement a l’interdiction pour un homme de réciter des paroles de Kédoucha (sainteté) en face d’une femme indécemment vêtu, il sera permis à une femme de se déshabiller partiellement devant des livres saints.

En effet le corps de la femme n’est considéré comme une nudité que par rapport a un homme qui en est influencé, mais non par rapport a des « Sifré Kodèch » (livres saints) (7).

Il est donc permit a une femme d’allaiter son enfant dans une pièce ou il y aurait des « Sifré Kodèch » même si elle n’est pas entièrement couverte (8), par contre son mari n’aura pas le droit de prier ou d’étudier face a elle (9).

Une photo d’un Rav n’est pas considérée comme un objet saint et il sera donc permis ce se déshabiller face a elle ou de l’accrocher dans la chambre à coucher (10).
Voir à ce propos la Question Est-il permis de jeter des photos de Tsadikim?

Par ailleurs, il sera interdit d’avoir des relations conjugales dans une pièce où il y aurait des « Sifré Kodèch » bien que les conjoints soient couverts d’un drap ou d’une couverture (11). Il faudra donc les recouvrir de deux épaisseurs (12).
Certains décisionnaires pensent que si la situation l’exige, la reluire du livre peut être considéré comme une couverture et ne nécessite donc qu’une seule épaisseur (13).
Une autre possibilité consiste à les mettre dans une armoire, d’un volume d’une Ama sur une Ama sur trois Amote (environ : 1,44 ×0,48×0,48 mètre) (14).
Une dernière solution serait de déplier un paravent d’une taille minimum de10 Téfa’him (80 cm) de haut sur 4 Amote de larges.

La Mézouza, si elle se trouve dans la chambre ou que la porte soit ouverte, devra elle aussi être doublement recouverte : un sachet plastique plus son boîtier par exemple. L’une des deux enveloppe devant être opaque (15).

Enfin citons le Choul’hane Aroukh (16) qui ne manque pas de nous rappeler que l’homme doit se comporter avec pudeur, même lorsque qu’il est seul, car la présence divine remplit le monde et c’est pourquoi il devra veiller à être toujours vêtu de manière décente. Le Michna Béroura (17) précise qu’il faudra s’efforcer de ne pas dévoiler les parties du corps qui sont généralement couvertes.

Kol Touv


1) Dévarim 23/15
2) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h Haïm chap.75 par. 4
3) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h Haïm chap.75 par. 1
4) Maguén Avraham chap. 75 par. 2 et Michna Béroura chap. 45 alinéa 5
5) Une épaisseur suffira, voire aussi le Taz Yoré Dé’a chap. 286 par. 5 selon lequel un couvercle transparent est suffisant.
6) Michna Béroura chap. 75 alinéa 23 et Choute Ma’hzé Éliyahou tome 1 chap. 5 note 9 et 11 qui précise qu’il faudra malgré tout veiller que même un enfant plus petit ne reste pas nu devant des Séfarim ; notons que le Rama rapporte dans le chap. 275 par. 12 que l’habitude est de ne pas déshabiller entièrement un enfant devant les bougies de Chabbate.
7) Michna Béroura chap. 75 alinéa 1
8) Guinzé Hakodèch page 71 par. 10 ; voir aussi le ‘Oz Véhadar Lèvoucha page 347 qui précise que même si la femme veille a se couvrir, l’allaitement dans un lieu public ou en présence d’homme étranger à la famille est un manque de pudeur.
9) Michna Béroura chap. 75 alinéa 3
10) Darké Tahara page 209
11) Choul’hane Aroukh Ora’h Haïm chap. 240 par. 6, voire aussi le Michna Béroura alinéa 36 qui précise que le couple devra être couvert .
12) Choul’hane Aroukh Ora’h Haïm chap. 240 par. 6,
13) Kaf Ha’haim chap. 40 par.14 ; Darké Tahara page 208
14) Maguèn Avraham chap. 240 par. 19 et Michna Béroura alinéa 33
15) Michna Béroura chap. 40 alinéa 7
16) Aroukh Ora’h Haïm chap. 2 par. 1 et 2, voir aussi Michna Béroura alinéa 1
17) alinéa 1
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation