UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mardi 23 Octobre 2018, Yom Chelichi


378. Judaïté et maternité.
Posté par elmalehjonathan le 22/03/2007 à 15:14:59
Ce site est vraiment une grande premiere et je vous souhaite une longue vie.
Pouvez vous m'indiquez d'ou apprend on que la judaïcite se transmet par la mère?

Merci d'avance.

Réponse donnée par Rav Meir Cahn le 27/01/2013 à 15:25:20
La Michna nous enseigne : un enfant issu d’une union illégale, par rapport à laquelle un acte de « Kiddouchine » [acte de consécration d’un mariage (1), ou simplement consécration, établissement d’un mariage] ne peut être valide, héritera du statut de sa mère. Cette union est celle qui tenterait d’assortir un juif avec une non juive (2).

Quel que fût le père, stipule la Michna, lorsque la mère est non juive, l’enfant héritera invariablement de son statut et sera donc également non juif. La Guémara, après avoir déduit cette Halakha de Péssoukim (de versets bibliques – Dévarim 7/4), définit cette dernière en disant : le fils que tu engendrera d’une israélite, sera désigné comme ton fils ; mais celui que tu engendrerais d’une non juive ne sera pas appelé ton fils, mais son fils (3).

Cette Halakha est codifiée dans le Choul’hane ‘Aroukh Évèn Ha’ézèr (4).

Kol Touv.


1) De nos jours, l’acte des Kiddouchine est réalisé par la remise de la bague, lorsque le marié l’enfile au doigt de la mariée, sous le dais nuptial, voir le Choul’hane ‘Aroukh et le Rama, Évèn Ha’ézèr chap. 31 par. 2.
2) Kiddouchine, 66 b.
3) Ad. loc, 68 b. Voir aussi le Rachi, les Tossafote, et le Rane intitulé Ki Yassir, ad loc.
4) Chap. 4 par. 5, et chap. 8 par. 5.
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation