UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 24 Mai 2019, Yom Chichi


315. Bénédiction finale sur un aliment
Posté par hai le 23/11/2006 à 13:50:36
Bonjour,
Si j'ai mangé des Mézonote dans ma voiture et que j'en suis sorti en ayant oublié de prononcer " 'Al Hamih'ya", puis-je ou même dois-je retourner dans la voiture pour la réciter ?
Même question si j'ai bu un verre d'eau dans la cuisine chez moi, et que j'en suis sorti sans réciter "Boré Néfachote.
Merci d'avance de votre réponse et Kol Touv

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 03/01/2007 à 21:11:17
Après avoir consommé le volume d’un « Kazaïte » (l’équivalent d’une trentaine de Grammes) d’un aliment solide, dans un laps de temps de quatre minutes maximum, on a l’obligation de faire la « Bérakha A’harona » (Bénédiction finale).

Le Choul’hane ‘Aroukh rapporte que celui qui a mangé un produit à base de l’un des cinq céréales (Blé, orge, seigle, épeautre, avoine), à l’obligation de faire la « Bérakha A’harona » à l’endroit même de la consommation. (1)

On ne doit donc pas quitter le lieu où l’on a mangé avant de faire la « Bérakha A’harona ».
De la même manière, on ne doit pas quitter la voiture où l’on a mangé, avant de réciter la bénédiction finale. En effet la voiture est un domaine à part entière qui détermine « l’endroit » de la consommation (2).

A posteriori, si on l’à quittée il faudra y retourner pour réciter la « Bérakha A’harona ».
Ceci, à condition que le retour à la voiture ne lui fasse pas dépasser le temps limite pour pouvoir encore réciter la bénédiction finale. Cela correspond au temps nécessaire à la digestion des aliments consommés (72 minutes à partir du moment où on terminé de manger). (3)
En cas de difficulté à retourner au lieu ou on a mangé, si on a quitté cet endroit « Béchoguèg » (involontairement) on pourra faire la bénédiction finale là où on se trouve (4).

Si on a quitté le lieu de façon délibérée, on devra retourner à l’endroit ou on a mangé pour faire la bénédiction finale.
Dans ce cas si on a malgré tout récité la bénédiction finale sans revenir à l’endroit ou on a consommé l’aliment, on sera quand même quitte de cette « Bérakha » (bénédiction) à postériorité (5).

La bénédiction finale (Boré Néfachote) prononcé après consommation d’eau ou toute autre boisson ou même aliments tel que viande œuf poisson, ne doit pas être nécessairement être récitée sur les lieux de la consommation.
Malgré tout, à priori, il faudra quand même réciter cette bénédiction à l’endroit de la consommation de peur que l’on oublie si l’on se déplace avant de la dire (6).
Si on a quitté le lieu de la consommation sans s’être acquitté de la bénédiction finale, on n’a aucune obligation de revenir à l’endroit initial. On pourra faire cette bénédiction la où l’on se trouve.


Kol Touv


1) Ora’h ‘Haïm chap.178 par.2 et chap.184 par.3
2) Vézote Habérakha Page 340 alinéa 8
3) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 184 par. 1 et Michna Béroura alinéa 3
4) Michna Béroura chap. 184 alinéa 7
5) Michna Béroura chap. 184 alinéa 5
6) Kaf Ha’haïm chap. 178 alinéa 26 et Michna Béroura chap. 178 alinéa 36 et Biour Halakha début de citation : « Dé’haïchinane »
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation