UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Dimanche 26 Mars 2017, Yom Richone


292. Les dates de naissance ont elles une influence sur nous ?
Posté par jack_ohayon le 11/10/2006 à 17:49:45
Kvod Harabannim,
Existe t-il une symbolique pour les dates de naissance ? (mon ami est né le soir de kippour 10 Tishri et son frère, le Tou Béav) ?
Kol touv

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 26/06/2015 à 12:50:20
La Guémara (1) rapporte à ce sujet un développement des plus intéressants : « Il était inscrit dans le carnet de Rabbi Yehochou’a Bèn Lévi : Celui qui naît le dimanche sera un homme entier…, soit entièrement dans le bien, soit entièrement dans le mal. Celui qui naît un lundi sera colérique ; pourquoi cela ? Parce que c’est en ce jour que les eaux furent séparées [lors de la création du monde]. Celui qui naît un mardi sera riche et sujet à la luxure ; pourquoi cela ? Parce c’est en ce jour que furent créés les herbes des champs etc. ».

Ce texte poursuit dans le même ordre d’idée et indique également la signification de l’heure de la naissance. Ces prédictions de la Guémara sont l’effet très particulier et méconnu de nos jours des astres.
En effet, la Tora et les différents textes talmudiques confèrent une valeur et un pouvoir important aux signes astrologiques et à leur influence sur les hommes.

Ces considérations impliquent de véritables répercussions halakhiques. A titre d’exemple, le Choul'hane 'Aroukh (2) indique que l’on n’entreprend pas un nouveau projet le lundi ou le mercredi, étant donné que les astres de ces jours ne sont pas positifs à ce genre d’entreprise.
C’est également la raison pour laquelle la coutume veut que les mariages ne soient réalisés que durant les quinze premiers jours du mois, alors que la lune est en cours de croissance (3).

Il est toutefois évident que les astres, aussi influents soient-ils, n’impliquent pas une notion de déterminisme ; en effet, la Guémara (4) stipule que « Israël n’est pas soumis à l’influence des astres », ce qui signifie que de grands mérites, ou des prières assidues sont à même d’en annuler l’effet (5).

En outre, l’intérêt que l’on porte à ces considérations se doit d’être très relatif. Le Rama (6) insiste en effet sur le fait qu’il n’est permis de porter un intérêt qu’à une information astrologique dont on aurait eu connaissance ; il reste au demeurant interdit de s’enquérir de ce genre de prédictions, en vertu du verset qui stipule : « Tu seras intègre avec l’Eternel ton D. » (7), enjoignant l’homme à conserver un esprit de confiance et d’intégrité vis-à-vis du futur que Hachèm lui réserve.

Il nous faut également garder à l’esprit le fait que la valeur conférée aux astres n’est fondée qu’en théorie, en regard de la science véritable qu’elle était à l’époque. De nos jours, nous ne pouvons considérer les prédictions émises par certains individus se targuant d’ « oracles-astrologues » qu’avec beaucoup de scepticisme.

Kol Touv


1) Chabbate 156a
2) Yoré Dé’a 179, 2
3) Choul'hane 'Aroukh Yoré Dé’a ibid. 2
4) Chabbate ibid.
5) Tossefot ibid. début de citation « Én »
6) ibid. par. 1, 4
7) Dévarim 18, 13
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation