UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Dimanche 18 Février 2018, Yom Richone


219. Comment et quand donner le Ma'assèr
Posté par anonyme le 10/08/2006 à 16:55:02
Kvod Harav

Je voudrais vous poser quelque questions concernant le Ma'assèr:
- quel est le pourcentage à donner au Ma'assèr (du minimum au maximum) ?
- doit on donner le Ma'assèr en une monnaie speciale ou pas (si oui laquelle) ?
- à qui doit on donner le Ma'assèr (Yéchivote, pauvres, écoles juives, Kollèl...) ?
- doit on donner le Ma'assèrdu salaire brut ou du salaire avec les impots enlever ?
- est ce que les impots s'appellent Ma'assèr ?
- comment doit-on donner le Ma'assèr (virment, cheque, liquide...) ?
- jusqu'à quand doit-on donner le Ma'assèr (depuis la prise du salaire) ?
- quel est le moment de la journée où il faut donner le Ma'assèr ?

Je vous envoie cette question car je viens de recevoir mon premier salaire et je ne sais pas ce qu'il faut faire.

Merci d'avance et Kol Touv

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 13/08/2006 à 19:43:09
Les questions 131 (Principales règles du « Ma’assèr ») (Pour y accéder cliquez ici)
et 132 (Le Ma’assèr se déduit-il du revenu brut ?) (Pour y accéder cliquez ici)
répondent pratiquement à toutes vos questions.
Vous auriez pu trouver tout cela dans la rubrique « Tsédaka »

Par ailleurs vous pouvez donner le Ma’assèr de la manière que vous désirez (virement, chèque, espèce) dans la monnaie du pays de préférence, mais aussi avec une autre valeur qui a cours dans le pays.

Vous pouvez donner le Ma’assèr en fonction de la fréquence de vos rentrées (quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles), à tout moment (sauf évidemment Chabbat et Yom Tov).

Celui qui désire s’acquitter dans les règles de la Mitsva du Ma’assèr a l’obligation de tenir un compte précis des points suivants :
L’ensemble de ses gains, les dépenses en rapport avec ses activités (éventuellement les pertes), les sommes données à la Tsédaka. (1)

Vous devez, par ailleurs, faire régulièrement, à la date que vous aurez vous même fixée (une ou deux fois par an et de préférence la veille de Roch Hachana), un bilan des comptes du Ma’assèr. (2)
C’est à dire, qu’après avoir déduit les dépenses (qui peuvent être déduites dans le cadre des activités), et avoir pris en compte la somme totale donnée à la Tsédaka pour cette période, on complètera si nécessaire pour arriver à dix ou vingt pour cent des gains nets de la dite période. (3)

Kol Touv


1) ‘Hovote Yaïr chap.224 ; Noda’ Bihouda Kama Yoré Dé’a (rapporté par le Pit’hé Téchouva chap. 249 alinéa 1).
2) Knéssèt Haguédola chap 249 par.1 ; Choute Avkate Rokhèl chap.3 d’après qui on peut attendre la fin de l’année; ‘Aroukh Hachoul’hane chap. 249 par. 7 qui précise que les gains doivent être calculés de Roch Hachana à Roch Hachana ; Choute Chévèt Halévi tome 5 chap.133.
3) Ahavate ‘Héssèd tome 2 chap. 18 par. 2 ; ‘Aroukh Hachoul’hane chap. 249 par. 7
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation