UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Lundi 20 Mai 2024, Yom Chéni

21. Le 'Érouv permet-il de porter?
Posté par STEVE le 23/01/2006 à 14:26:48
Bonjour, j'ai entendu dire qu'en israel, Pour les sefaradims, il est interdit de porter car le erouv convient uniquement aux achkenazims.
1) pouvez vous svp me confirmer ceci
2) est ce valable dans toutes les villes d'israel
merci

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 24/01/2006 à 04:00:15
Le problème réside dans la définition du domaine publique (Réchoute harabim).
Le Choul’hane ‘Aroukh (1) le défini comme une voie large de 16 amah (8 mètres), non couverte et non bordée de murailles. Il cite par ailleurs l’avis de ceux qui pensent qu’une autre condition est requise : le passage journalier de 600 000 personnes.

Il en résulte que d’après le Choul’hane ‘Aroukh, la majorité de nos rues est un domaine publique et l’interdiction d’y porter est de la Tora.

Par contre, d’après le deuxième avis (2), il n’existe pratiquement pas, de nos jours, de domaine publique selon les critères de la Tora et les rues de nos villes ont un statut de « karmélite » et non de domaine publique. L’interdiction d’y porter est "midérabbanane" (d'ordre rabbinique).

Il faut savoir d’autre part que le ‘érouv sous forme de « tsourate hapéta’h » ( c’est à dire de fils tendus entre des poteaux ), auquel vous faites allusion, est d'ordre rabbinique et ne permet de porter que dans un « karmélite »

Par conséquent, les Séfaradim qui suivent l’avis du Choul’hane ‘Aroukh, s’abstiennent de porter malgré le ‘érouv. Les Achkénazim qui s’appuient sur le deuxième avis ont la possibilité de porter.
Certains parmi les Achkénazim sont pointilleux et évitent de porter dans ces conditions.
( voir Michna Béroura id. alinéa 23)

Vous l’avez compris ce problème est général et ne dépend aucunement de la ville, qu’elle soit en Israël ou ailleurs. Par contre, certaines villes ou certain quartiers (comme Ramote Poline à Jérusalem), sont entourés de véritables clôtures et il est permis d'y porter d'aprés tous les avis. Il faut donc se renseigner, chaque fois sur la nature du 'érouv.


1) Ora’h ‘Haïm, chap. 345, par.7
2) Rama, id. chap. 346, par. 3
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation