UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Samedi 07 Décembre 2019, Yom Chabbate


196. De quoi les femmes sont elles dispensées dans la prière
Posté par WDavid le 30/07/2006 à 02:30:14
Bonjour,
Quelles sont les Bérakhote (prières) que les femmes (Séfarad) ne doivent pas lire (ou du moins sauter "Ata Hachèm Elokénou Mélèkh Ha'olam) pour ne pas dire le nom de D... . Pour les femme qui ne respecte pas ceci, peut-on parler de transgression du commandement : "tu ne diras pas le nom de D... en vain" ? Quelle est la source et l'explication de ce Dine !
Merci!

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 20/08/2006 à 10:27:55
Les femmes sont « Pétourote » (dispensées) de dire :
Les « Péssouké Dézimra », les bénédictions du « Kryate Chéma’ ».
Elles peuvent limiter la prière (après avoir dit les bénédictions du matin et celles de la Tora), au « Kryate Chéma’ » et au «Chémoné ‘Ésré» uniquement.

Elles peuvent, si elles le désirent, dire les « Péssouké Dézimra » avec ses bénédictions, ainsi que celles du « Kryate Chéma’ », mais sans « Chèm Oumalkhoute », c’est à dire sans invoquer le nom d’Hachèm, ni la mention de sa Royauté (Élokénou).
Elles diront donc, par exemple, « Baroukh Ata Melèkh Ha’olam... » dans ces bénédictions. (1)

La raison de la dispense est la suivante :
A titre d'exemple, le « Kryate Chéma’ », qui ne peut être dit que jusqu’à la troisième heure de la journée, est une « Mitsva 'Assé Chéhazmane Grama » (une Mitsva positive qui dépend du temps).
De même le « Chémoné ‘Ésré » qui est limité à la Quatrième heure de la journée (Bédi’avad à la sixième heure) (2), fait partie des « Mitsvote Chéhazmane Grama ».
A ce titre, les femmes en sont dispensées, comme toutes les Mitsvote du même type (Soukka, Loulav etc.).

Les « Péssouké Dézimra » et les bénédictions du « Kryate Chéma’ », qui sont liées au «Chémoné ‘Ésré» (3) ne sont donc pas un « ‘Hyouv » (obligation) pour les femmes.
Elles ne peuvent donc pas, du moins en ce qui concerne les femmes qui suivent le Minhag Séfarad, dire les bénédictions qui s’y rapportent avec la mention «Chèm Oumalkhoute». (4)

Il y a là effectivement une interdiction de « Bérakha Lévatala » (bénédiction en vain) (5)

Par contre les femmes qui suivent le Minhag Achkénaz pourront faire les bénédictions avec «Chèm Oumalkhoute». (6)

Kol Touv


1) Otsar Dinim La-icha Vélabate chap. 3 par. 1
2) Tour et Choul’hane ‘Aroukh chap. 89
3) Sédèr Rav ‘Amram Gaone page 200 ; Ma’hzor Vitri ; Tour et Choul’hane ‘Aroukh chap. 52
4) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 17 par. 2 et 589 par.6. A noter que d’après le Choul’hane ‘Aroukh et le Rambam, l’interdit de « Bérakha Lévatala » (bénédiction en vain) est un interdit de la Tora.
5) Choute Yé’havé Da’ate Tome 1 chap. 68
6) Rama Ora’h ‘Haïm chap. 17 par. 2 ; Voir Rabbénou Tam, Tossefote Guémara Roch Hachana 33a
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation