UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 25 Mai 2018, Yom Chichi


191. Couper des légumes avec un couteau « viande »
Posté par emouna18 le 26/07/2006 à 11:20:47
Chalom,

J'ai apris que si on a un couteau Bassari (utilisé pour la viande) et qu'on l'utiliste pour couper des legumes comme l'oignon, l'ail, poivron rouge (piquant), bref tout ce qui est plutôt fort ou piquant, alors ces légumes deviennent egalement Bassari et nous pouvons donc pas les conssomer avec un plat 'Halavi. Qu'en est-il pour un "rapeur" qui est 'Halavi. Peut-on raper les légumes précedents et les consommer avec un plat Bassari ? Si on l'utilise pour des légumes tels que les carottes, pommes de terre ect. Peut-on alors les consommer avec un plat Bassari?

Merci beaucoup de votre temps,

Réponse donnée par Rav Michael Kottek le 12/01/2014 à 23:00:00
A) Lorsque l’on coupe des aliments non piquants avec un couteau :
a) Si le couteau est propre, on peut consommer les aliments non piquants avec n’importe quel plat (lait ou viande) (1).
b) Si le couteau n’était pas lavé et il y a donc des restes de lait ou de viande sur le couteau, il faudra éplucher l’endroit des légumes coupés. S’ils ont été coupés en fines tranches, on ne pourra les consommer qu’avec des aliments de la même catégorie que le couteau qu’il les a coupé (aliment lait avec couteau lait et aliment viande avec couteau viande). En effet, il se peut qu’il reste des traces de lait ou de viande sur le couteau qui peuvent passer sur les légumes tranchés.
C’est la même règle pour une râpe avec laquelle on a râpé des légumes non piquants.
Il n’y a donc pas de différence si le couteau ou la râpe ont été en service durant les dernières 24 heures ou pas.

B) Lorsque l’on coupe des aliments piquants (au niveau de la Halakha, l’oignon, l’ail, radis et tout aliment du même ordre seront considérés comme piquants) avec un couteau ou une râpe la règle est la suivante :
- Pour les Séfaradim :
Les légumes coupés par un couteau « Bèn Yomo » (qui a été utilisé pendant les dernières 24 heures) de lait ou de viande prendront le même statut que le couteau. Il faudra donc couper l’endroit ou le couteau a tranché le légume sur 2 centimètres. Le reste des légumes sera permis avec n’importe quel aliment. Si les légumes ont été coupés en tranche fine, ils garderont le statut du couteau (2).

Si le couteau est « éno bèn Yomo » (qui n’a pas été utilisé pendant les dernières 24 heures), dans le cas ou il y a une perte d’argent importante et s’il est impossible de se procurer le même aliment, celui-ci pourra être consommé avec n’importe quel aliment (et cela sera permis à fortiori).
A priori si on peut couper les 2 centimètres, le reste sera consommable aussi bien avec du lait qu’avec de la viande. Si le légume a été coupé en tranche, et que cela n’occasionne pas une grande perte, il faudra le manger avec la même sorte que le couteau (3).
La râpe a même le statut que le couteau.

- Pour les Achkénazim (4) :
Un aliment piquant qui a été coupé par un couteau, qu’il soit bèn yomo ou pas, prend le même statut que le couteau. Donc, on ne pourra le manger qu’avec des aliments de la même sorte que lui. Même chose avec une râpe.

Il est donc nécessaire d’avoir chez soi des couteaux de différentes catégories. :

Il faut noter que lorsque l’on coupe de la viande chaude avec un couteau, il devient Bassari (viande) et il rendra des aliments piquants Bassari. Ce qui peut causer de graves problèmes de mélanges défendus.

Kol Touv


1) Choul’hane ‘Aroukh Yoré Dé’a chap. 96 par. 1 et 5
2) Choul’hane ‘Aroukh Yoré Dé’a chap. 96 par. 1
3) Kaf Ha’haïm Yoré Dé’a chap. 96 alinéa 10
4) Rama Yoré Dé’a chap. 96 par. 1
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation