UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Jeudi 21 Septembre 2017, Yom 'Hamichi


175. Officier pendant les fêtes pour l'élévation de l'âme d'un défunt
Posté par etty le 11/07/2006 à 21:09:02
Bonjour,

Le Yartsaïte de mon père z"l est le 5ème jour de Soukkote (19 Tishri). une année où les 2 premiers jours de Yom Tov tombent Chabbate et dimanche (comme cette année en diaspora). Y a-t-il une raison de prier devant le 'Amoud dimanche soir, Motsaé Yom Tov, precedent le Yartsaïte, au lieu de Motsaé Chabbate ?
Si la réponse est affirmative, cette année sera mon premier Yartsaïte. puis-je alors prier en tant qu'officiant, étant donné que je serai encore Avèl, et un Avèl ne prie pas devant le 'Amoud à 'Hol Hamo'èd (achkenazim)?

Est-ce que les Néchamote des défunts restent au Gane 'Edèn à Yom Tov comme à Chabbate, ou ont-elles un autre statut à Yom Tov?

Merci

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 04/08/2006 à 09:18:29
Tout ce qui est traité ici concerne essentiellement les Achkénazim.
D’après le Rama, prier en tant qu’officiant est encore plus profitable pour le défunt que de dire le Kaddich (1).
L’importance est encore plus grande quand il s’agit de la prière du soir, car c’est un moment ou l’on est jugé avec rigueur.
Ceci est encore plus profitable quand il s’agit de la prier (Ma’ariv) du soir de Motsaé Chabbat (sortie du Chabbat). En effet c’est le moment où les « Néchamote » retournent au « Guéhinam » qu’elles ont quitté pendant toute la durée du Chabbat (2).

Nous n’avons pas trouvé d’allusion au fait que les « Néchamote » (Âmes) restent au « Gane Édèn » le Yom Tov

En fait, il n’y a pas d’interdiction véritable pour un endeuillé de prier en tant qu’officiant le Chabbat ou le Yom Tov, mais ce n’est pas l’habitude (que l’on soit endeuillé pour un père ou une mère ou pour un proche).(3)

Il y a divergence de vue concernant le Chabbat qui précède le Yartsaït pour une personne qui est dans les 12 mois de deuil.
La majorité des décisionnaires permettent de prier en tant qu’officiant dans ce cas là. (4)

Toutefois dans tous les cas, il ne sera permis d’officier que si l’assemblée ne s’y oppose pas car, comme son nom l’indique, le « Chalia’h Tsibour » (l’officiant) est son représentant.
Il ne peut donc officier qu’avec son plein accord. (5)

En ce qui concerne « ‘Hol Hamo’èd », certains permettent de prier en tant qu’officiant pendant cette période (5). Par contre d’après le Péri Mégadim (qui est ramené par le Michna Béroura dans son Maamar Kadichim), le ‘Hol Hamo’èd est assimilé à Yom Tov et donc se sera interdit.

Vous pouvez le constater, tout dépend du « Minhag hamakom » (habitude de l’endroit) et de l’accord de l’assemblée. Il est possible qu’on vous permette d’officier le Chabbat qui précède le Yartsaït, et même Motsaé Yom Tov.

Dans le cas contraire, le fait d’accepter sans créer des problèmes sera, pour le défunt, un mérite encore plus grand que de prier en tant qu’officiant.
Il vous restera un grand nombre de « Mitsvote » que vous pourrez réaliser pour l’élévation de son âme. Voir à ce sujet la question 68 « Pour l'élévation de l'âme d'un défunt » (Pour y accéder cliquez ici)


Kol Touv


1) Rama Yoré Dé’a Chap. 376 par. 4 et Michna Béroura Chap. 53 alinéa 59
2) Kitsour Choul’hane ‘Aroukh Chap. 26 par.1 et Rama Yoré Dé’a
3) Rama Yoré Dé’a Chap. 376 par. 4. D’après le Péri Mégadim dans Michbétsote zahav 8, dans le cas ou il n’y a personne d’autres pour officier se sera permis
4) Guéchèr Ha’haïm chap. 23 par 4 à 8, Choute Min’hate Its’hak chap. 9 par. 134, Choute Bétsèl Ha’hokhma chap. 2 par. 129
5) Choul’hane ‘Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 53 par. 20
6) Maharam Mints
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation