UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mardi 25 Juillet 2017, Yom Chelichi


162. Jeûner pour l’anniversaire de décès d’un parent
Posté par etty le 21/06/2006 à 23:12:59
Bonsoir,

Ma mére est décedée le 11 Tichri 5766 (lendemain de Kippour) et enterrée le 14 Tichri 5766 (veille de Souccote).

La coutume veut que nous jeûnions tous les ans à la mémoire de la personne. Merci de m'indiquer s'il sera possible pour moi de le faire la première année et les autres années, compte tenu des dates.

Merci de m'indiquer également la date de l'année et à quelle date doit-on arrêter le Kaddich.

Merci de votre réponse

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 22/06/2006 à 10:07:02
La réponse à vos questions se trouvent en grande partie dans la réponse à la question 16 sous le titre : « Fin du deuil et Yartsaït la première année». (Pour y accéder cliquez ici)
Nous vous rappelons que, même la première année, Le jour du « Yartsaït » (Anniversaire du décès) est fixé par rapport au jour du décès, et non par rapport au jour de l’enterrement. Donc pour vous, le 11 Tichri 5767.

Quant à le faire ou pas ,cela dépendra de vous et de votre condition physique au lendemain de Kippour. Il faut également prendre en considération les répercutions du jeûne : baisse de l’étude (pour un homme), difficultés à s’occuper des enfants (pour un enseignant ou une enseignante de Koddèch) etc.

S’il n’y a pas de contre indications, vous devrez « accepter le jeûne » la veille de celui ci, avant le coucher du soleil ( de préférence à la fin de la prière de Min’ha, juste avant de reculer trois pas en arrière) (1)

Vous ferez alors, la déclaration suivante :
« Maitre du monde, je m’apprête à faire demain, un jeune particulier « à condition », de l’aube jusqu’à la prière du soir. Si je ne peux pas ou ne veut pas (le terminer), quand le dirais : «Mizmor Lédavid Hachèm Ro-'i», je pourrai m’arrêter et je n’aurai fait aucune faute. Toutefois, que ce soit ta volonté, mon D. et D. de mes ancêtres, de me donner force et santé pour avoir le mérite de jeûner demain. Reçois ma prière et donne moi le mérite de faire « une complète Téchouva ». Écoute ma prière car tu écoute la prière de chacun. Bénis soit celui qui écoute la prière.

Il serait bon, également de déclarer que vous vous engagez à faire ce jeûne «Béli Nédèr» (sans engagement pour les années suivantes). Cela vous permettra, si cela s’avère nécessaire dans l’avenir, de vous interrompre un an ou plus, sans être obligé de faire « Atarate Nédarim » (Annulation des vœux). (2)

Kol Touv


1) Choul’hane 'Aroukh Ora’h ‘Haïm chap. 662 par.5
2) ‘Hokhemate Adam, Klal 171 chap 11 et Choute Yé’havé Da’ate tome page 146.
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation