UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 21 Novembre 2018, Yom Révii


131. Principales règles du « Ma’assèr »
Posté par Mordehai le 17/05/2006 à 12:59:38
CHALOM,
Un ami m'a pose differentes questins sur le Ma'assèr à prelever chaque mois du salaire.
Je ne connais pas les Halakhote sur ce sujet.
Pourriez-vous nous donner les grandes lignes de cette Halakha ?
Je vous remercie.
Kol Touv.

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 06/06/2006 à 17:47:20
Notre vocation est de répondre aux questions de Halakha en excluant les sujets de Hachkafa ou d’étude pure. D’autre part il est totalement impossible d’aborder même superficiellement
les lois du Ma’assèr sans éditer une brochure complète sur ce sujet. Néanmoins en voici les très grandes lignes.

A. La Mitsva consisterait à donner selon le besoin des pauvres sans limites. Si ses moyens ne le permettent pas, alors on donnera entre 10 et 20 pour cent de ses revenus (1).

B. La Mitsva consiste à donner le Ma'assèr sur le capital, à partir de ce moment là on donnera sur les rentrées nettes annuelles (2).

C. Celui qui ne peut pas avoir un compte exact de ses rentrées mensuelles ou annuelles, en fera une évaluation et sera quitte de la Mitsva (3).

D. On doit donner le Ma’assèr sur tout gain quelque soit sa provenance, qu’il soit le fruit d'une activité commerciale (4), d'un cadeau (uniquement sur une somme d’argent) ou d'un héritage (5).

E. Le Minhag est de ne pas donner le Ma’assèr sur un terrain ou sur une maison que l’on a reçu en héritage. Par contre si on les vend on devra donna le fruit du Ma’assèr sur les ventes.

F. Les dépenses faites pour permettre la réalisation d’une Mitsva obligatoire (achat de Talite, Téfiline, Mézouza, Loulav etc.) ne peuvent être déduites du Ma’assèr. Par contre une Mitsva dont l’accomplissement n’est pas obligatoire (payer pour être « Sanedak » par exemple) peut être accomplie avec l’argent du Ma’assèr si on a pas les moyens de faire autrement (6).

G. L’argent du Ma’assèr est à consacrer :
• Aux personnes qui étudient la Tora et aux instituts de Tora (7)
• Aux necessiteux (par ordre de priorité : son père et sa mère, ses enfants au dessus de 6 ans, ses frères et sœurs et ensuite le reste de sa famille. Ses proches necessiteux passent avant les pauvres de sa ville. Ceci avant ceux d’une autre ville. Les pauvres d’Israël avant les pauvres des autres pays (8). Et certains disent ceux de Jérusalem avant ceux des autres villes d’Israël (9)).
• A recevoir des invités
• A visiter les malades
• A "guémiloute ‘hassadim"
• Et par-dessus tout au rachat des prisonniers (10)
• Au soutien de ses enfants, au dessus de l’âge de six ans, même s’ils dépendent encore de leurs parents, pour leurs permettre de poursuivre leurs études dans la Tora ou pour les aider à couvrir leurs frais de mariage ou d’installation après le mariage (11)
• On pourra aussi s’acquitter du paiement des Mitsvote achetées à la synagogue si l’on en avait l’intention au moment de l’achat (12)

Kol Touv


1) Choul’hane ‘Aroukh 249 -1
2) Choul’hane ‘Aroukh. 249-1 et le Chakh alinéa 2
3) Choute Chévèt Halévi tome 5 Yoré Dé’a 133-3 alinéa 6
4) Choute Bét Dino Chél Chélomo Yoré Dé’a 1-1
5) Ma’assèr Késsafim 11-1, ‘Hazone Ich
6) Néhar Mitsraïm Hilkhote Ma’assèr par. 1 et 2
7) Choute Bét Dino Chél Chélomo Yoré Dé’a par. 1, Néhar Mitsraïm page 97 et Choute Yé’havé Da’ate tome 3 fin du Chap. 76
8) Choul’hane ‘Aroukh 251-3 et Rama 257-10
9) Choute ‘Hatam Sofèr Yoré Dé’a chap. 233 et 234
10) Néhar Mitsraïm page 97
11) Choute Yé’havé Da’ate tome 3 chap. 76 et Choute ‘Hèlkate Ya’acov tome 4 chap. 1
12) Choute Bét Dino Chél Chélomo alinéa 3 et 4 dans Tossèfète Ma’assèr et Choute Tsits Eli’ezèr tome 9 chap. 1 par. 2
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation