UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Vendredi 07 Aout 2020, Yom Chichi


115. Qui est bon et qui fait le bien!
Posté par David le 09/05/2006 à 15:41:37
Bonjour,
Pourriez-vous m eclairer sur les details hilchatiques de la bracha "hatov vehametiv" recitee sur le vin.
Recite-t-on egalement cette bracha si on est seul a consommer le vin?

merci

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 01/06/2006 à 13:50:09
La source de cette bénédiction se trouve dans le Choul’hane ‘Aroukh chap. 175, par.1. dont voici le language :
« On leur a apporté un autre vin. On ne fera pas sur celui ci « Boré péri Haguéfène » mais on dira « Hatov véhametiv ». A noter que la traduction en est : Hatov – qui est bon ; Véhametiv – et qui fait le bien.

Bien que d’après le Maguène Avraham, ce soit une obligation de dire cette bénédiction, nous n’avons plus vraiment l’habitude de la faire (1).
En effet, pour faire cette bénédiction d’après tous les avis, il faut remplir un grand nombre de conditions qu’il est rare de réunir simultanément.
Il faut également être suffisamment instruit pour connaître toutes les règles particulièrement complexes de cette bénédiction.
Il est donc important d’étudier au préalable les détails de cette bénédiction avec une personne compétente. Dans l’attente, en voici un avant goût.

Voici les conditions qu’il faut remplir pour faire cette bénédiction d’après tous les avis :

- Faire la bénédiction « Boré péri haguéfène » sur du vin et non pas sur du jus de raisin (2).
- Faire cette bénédiction à l’intérieur d’un repas où l’on mange du pain, ou au Kiddouch qui est avant le repas (3).
- Prendre ce repas avec des membres de sa famille ou des invités (4).
- boire de ce vin un « Révi’ite » (86 ou150 gr selon les avis). De même, au moins une autre des personnes participant au repas doit boire un Révi’ite (5).
- Au moment de la bénédiction « Boré péri Haguéfène » sur le premier vin, le second vin (sur lequel on fera « Hatov véhametiv ») ne doit pas être sur la table ni même dans la maison (6). Par contre, on doit savoir que l’on allait apporter un autre vin au cours du repas (7) et on doit avoir l’intention de boire de celui-ci (c’est la raison pour laquelle il ne sera pas nécessaire de refaire la Bérakha « Boré péri Haguéfène » sur le deuxième vin que l’on apportera par la suite).
- Au moment ou l’on apporte le second vin, il doit encore rester sur la table un reste du premier vin (8)
- Le deuxième vin doit être supérieur en qualité par rapport au premier et doit être en quantité suffisante pour que deux personnes au moins puissent en boire un Révi’ite pendant le repas (9).
Alors seulement, on fera la bénédiction« Hatov véhametiv » avant de boire du deuxième vin.

Toutefois, celui qui aurait fait cette Bérakha en ne remplissant que les conditions suivantes, aura sur qui s’appuyer.

a) S’attabler avec des amis pour boire du vin ou même du jus de raisin (10).
b) Même si ce n’est pas au cours d’un repas avec du pain (11)
c) Même si on a bu moins que Révi’ite (12).
d) Même si on a un doute sur le fait que le deuxième est supérieur au premier en qualité (13) (à condition de ne pas savoir clairement qu’il lui est inférieur) (14).
e) Même si l’on n’avait pas au moment de la Bérakha « Boré péri Haguéfène » sur le premier vin, l’intention de boire du second vin (15) (car on ne savait pas qu’on allait nous l’apporter). Par contre on sera obligé de faire à nouveau, à ce moment là, la Bérakha « Boré Péri Haguéfène » sur le deuxième vin (16).
f) Même si le deuxième vin se trouvait sur la table en même temps que le premier.

Bon courage, Bonne étude et Kol Touv


1) Choute Min’hate Its’hak tome 9, cha.14 ; Kaf Ha’haïm alinéa 11 d’après lequel tout le monde n’est pas expert dans la connaissance des nombreux détails de cette bénédiction. Par conséquent, il conseille d’apporter sur la table tous les vins qu’on désire boire afin d’éviter de faire la bénédiction « Hatov véhamétiv ».
2) Choute Min’hate Its’hak idem et Choute Or Létsione tome 2 chap.46 par. 13
3) Choute Min’hate Its’hak idem d’après l’avis de Rachi dans la Guémara Bérakhote 59b
4) Car on ne peut jamais faire la Bérakha « Hatov véhamétiv » quand on est seul comme c’est rapporté dans le Choul’hane ‘Aroukh par.4 car Hatov signifie : qui est bon (pour lui), et Hamétiv signifie qui fait le bien (pour son ami)
5) Kaf Ha’haïm alinéa 10 et aussi Choute Min’hate Its’hak
6) Michna Béroura alinéa 4
7) Cha’ar Hatsiyoune au nom de Rabbi ‘Akiva Eiger
8) Michna Béroura alinéa 3
9) D’après l’avis du Ba’al Halakhote Guédolote, Rachi, Rambam et Rachbam. Voir aussi Kaf Ha’haïm alinéa 12
10) Bét Yéhouda Ora’h Haïm chap. 53
11) Comme il ressort d’après le Rama et d’autres décisionnaires dans le par. 5 qui n’ont pas précisé : « pendant le repas »
12) Comme il ressort du Choul’hane ‘Aroukh et ses commentateurs ; et Choute Yabi’a Omer tome 8 chap. 23 alinéa 16
13) Choul’hane ‘Aroukh par.2
14) Michna Béroura alinéa 7
15) Cha’ar Hatsiyoune alinéa 4
16) On fera d’abord « Hatov véhamétiv » et ensuite « Boré péri Haguéfène »
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation