UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist   
Retour à l'accueil du site principal
    Mercredi 26 Avril 2017, Yom Révii


111. Est ce qu'il y a des obstacles à la Téchouva?
Posté par meir34 le 05/09/2016 à 16:37:20
Chalom Rabbanims,

J'ai lu sur votre site dans le Dvar Torah sur le "libre arbitre" la chose suivante:

"Le Rambam nous explique (hilkhot Téchouvah, chapitre 6, halakha 3) qu’il existe des cas ou les fautes (volontaires) d’un homme sont si graves et si nombreuses que Hakadoch Baroukh Hou lui ferme les portes de la Téchouvah afin d’entraîner sa perte.
C’est le sens du verset: « Qui paie ceux qui le (Hakadoch Baroukh Hou) haïssent à leur face, pour entraîner sa perte » (Deutéronome 7,10).
C’est à dire: « lui paie de son vivant ses bonnes actions afin de lui faire perdre son monde futur » Rachi."

Est-ce que cela veut dire que certaines fautes ne peuvent être pardonnées par la Techouva et si oui pouvez-vous préciser exactement quelles fautes ferment par leur gravité les portes de la Techouva

Merci

Réponse donnée par Rav Aharon Bieler le 08/09/2016 à 22:52:20
Il n’y a pas de faute qui empêche définitivement la Téchouva.

Par contre l'obtention de la « Kappara » (l’expiation) et donc, de l’effacement des fautes, est un processus qui varie selon la gravité de la faute.
Vous trouverez les détails de tous les degrés de faute et les étapes nécessaires afin de parvenir à leur expiation dans le Rambam (Michné Tora, Hilkhote Téchouva chap.1 par.4).

D'autre part, un certain nombre de fautes sont, du fait de leur gravité, un obstacle (non irréversible) à la Téchouva. Elles sont au nombre de 24 et sont énumérées par le Rambam (idem chap. 6, Halakha 1).
Les 4 plus graves sont :
1) entraîner la communauté à fauter.
2) détourner son prochain du droit chemin.
3) ne pas faire d’effort pour ramener son fils sur le droit chemin.
4) dire je vais fauter et ensuite je vais me repentir.
Mais dans tous les cas la possibilité de faire Téchouva demeure, et celui qui se repentira aura droit au monde futur (Rambam idem Halakha 6).

Le cas de Pharaon est tout à fait et exceptionnel. Il s’agit ici de quelqu’un qui a sciemment décidé de fauter en oppressant un peuple entier avec une cruauté incomparable et pendant de nombreuses années.
Ceci malgré les nombreux avertissements de D. lui-même par l’intermédiaire de Moché Rabénou et les tentatives de le ramener à la raison.
A noter que dans les 5 premières plaies il n’est pas mentionner « j’ai endurci son cœur » (voir Rambam idem chap.6 halakha 3).

Malgré tout le fait que D. lui est fermé définitivement les portes de la Téchouva demande des explications et a suscité de nombreux commentaires qu’il nous est impossible de ramener ici.
Voir à ce propos les commentaires sur le verset « j’ai endurci le cœur de Pharaon » (Chémote 7,3). Voir en particulier Rachi, le Rambam, Sforno et le Ba’al Hatourim.

La réponse à cette question est aussi un des points abordés dans le Dvar Tora «Le libre arbitre» , auquel vous faites allusion.

Kol Touv et bon Limoud
 
Navigation Rapide
Pour se déplacer entre les questions, nous vous proposons un accès facile à la navigation